Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Le microblogging (ou microblog) est un dérivé du weblog ou blog, qui permet de publier un court message de texte (limité généralement 140 caractères) pouvant également contenir une image, ou même un fichier sonore (audio, vidéo) associé.

  Comment ça marche ? et bien de manière très simple. Il vous suffit de vous créer un compte (gratuit) et de poster de n’importe où, n’importe quand, des messages. Ainsi vous pourrez faire passer toutes les infos possibles et imaginables à ceux qui désirent vous suivre, quelque soit l’heure et le jour. L’application permet également de syndiquer les flux des personnes que vous souhaitez suivre.

Le phénomène a déjà fait de nombreux adeptes, tant dans les institutions qu’auprès des particuliers. Et dans les contextes éducatifs ce nouveau système génère  autant d’adeptes que de détracteurs.

Quelle est votre point de vue? Quelles applications en éducation? 

Vous pouvez envoyer vos opinions dans ce forum.

 

Merci de votre collaboration ...

 

height=300

 

Bibliography of Research on Social Network Sites
http://www.danah.org/researchBibs/twitter.php

 

Vues : 1696

Y répondre

Réponses à cette discussion

Voici les premières réactions:

Le microblog est partout, visiblement tout le monde y est allé de sa petite démonstration et de son éloge sur Twitter (je suis plus que sceptique car les pratiques de
micro-blogging sont plus qu’anecdotiques en France et parce qu’elles requiert une masse critique avant d’être vraiment intéressantes).
L’emballement généralisé autour de Twitter ne me surprend qu’à moitié mais me laisse perplexe. J’y vois plus pour les éditeurs un moyen de ne pas paraître largués
(surtout vis à vis du rapport très particulier des blogueurs / leaders d’opinion avec Twitter) que d’une réelle réflexion à long terme.
http://www.entreprise20.fr/2009/06/29/resume-des-comptes-rendus-de-...


Après avoir testé pendant quelques semaines Twitter pour me faire une idée, je décide (enfin) d’arrêter. J’ai suivi des Twitter pro, d’autres qui l’étaient moins, surfé
de twit en twit, et à vrai dire j’ai bien l’impression que Twitter ne m’apporte pas grand chose. Raconter ma vie en mode texto ne fait pas partie de mes impératifs
journaliers. Mais ce que je préfère ce sont les Twit de ce genre : Toto : Je suis fatigué, je vais boire un café ça va me reveiller
Tata : @toto : moi aussi, mais le café j’aime pô ça…
Toto : @tata : Prends un jus d’orange
Zouzou: @tata & @toto le thé c pas mal aussi
Ainsi on arrive assez souvent à de drôles de conversation des conversations sans intérêts entre personnes que l’on ne connait pas toujours.
http://legizz.com/legizz-arrete-twitter-cause-j-aime-po-ca.html




Twitter, icône du micro-blogging et épicentre du micro-rien
“ Une loghorrée informe ”- La pertinence de ces informations vous a échappé ? C'est normal. Il se peut qu'il n'y en ait pas. “ Twitter c'est comme envoyer des SMS
toute la journée, en une loghorrée informe, pour retranscrire ses moindres faits et gestes ”, résume sur son blog, Pierre Chappaz, fondateur de Kelkoo, de Wikio, et
observateur éclairé de la blogosphère.
http://www.01net.com/editorial/355382/twitter-icone-du-micro-bloggi...


Twitter est-il une véritable révolution ?
Twitter a surgi de nulle part pour envahir nos vies numériques. Entre l’ordinateur de bureau et le téléphone portable, les frontières sont tombées car Twitter est
utilisable partout de manière parfaitement limpide. Il s’agit sans doute du premier exemple de véritable convergence numérique majeure puisqu’un support ne
l’emporte pas envers l’autre. En d’autres termes, il est aussi agréable de Twitter depuis son iPhone ou Blackberry que depuis son ordinateur portable ou de
bureau.?
Beaucoup de bruit pour pas grand chose

http://www.laurentbourrelly.com/blog/69.php




Twitter n'est PAS un réseau social !
C'est un média social, un site de micro-blogging.

En effet, vous n'êtes pas en contact avec des contacts pros ou des amis.

Vous allez pouvoir suivre l'actualité d'autres membres et d'autres membres peuvent suivre votre actualité !

Pour vous donner une image, Twitter est une sorte de journal mondial dans lequel chaque utilisateur peut être lecteur du journal ou pigiste ou les 2 !

Il peut vous servir à suivre l'actualité, à rester en veille dans votre domaine d'expertise, à cultiver votre identité numérique (auto-promotion).

Source: Comment utiliser les réseaux sociaux ? Chat Apec du 23 septembre 2010
http://www.job2-0.com/article-comment-utiliser-les-reseaux-sociaux-...

Bonjour Zy,
Le micro blogging texte ou écrit présente peu d'applications pédagogiques pour l'enseignement d'une langue étrangère; par contre les potentiels du micro blogging video/audio sont immenses.

Jetez un coup d'oeil au message
Micro blogging podcasting / video
http://flecampus.ning.com/profiles/blogs/micro-blogging-podcasting
Petite colère contre ceux qui dénigrent Twitter (à tort)


Pour une fois elle n’est pas de moi mais de Danah Boyd. Elle s’en prend à l’info que vous avez tous vue selon laquelle 40% des tweets sont du bavardage sans intérêt (du bruit disent les gens qui savent) et moins de 4% des news, de l’actu, de l’info.

C’est ni rien comprendre trépigne Danah qui comprend plein de choses dans ce domaine. Ou pour être plus précis, c’est passer à côté de la fonction phatique : sociale plus qu’informationnelle, elle est utile pour attirer l’attention de l’interlocutrice ou pour s’assurer qu’elle est toujours là. Exemple: “Allô, tu m’entends”.

Sur Twitter, une minorité s’efforce de donner des infos (autocritique requise de celui qui écrit ces lignes, cf. @transnets ) alors que, la plupart des utilisateurs sont là pour “partager leur intimité” avec les gens qui comptent pour eux:

the vast majority of Twitter users are there to maintain social relations, keep up with friends and acquaintances, follow high-profile users, and otherwise connect. It’s all about shared intimacy that is of no value to a third-party ear who doesn’t know the person babbling.

Le principal intérêt de Twitter est sa fonction sociale, celle qui permet de savoir ce que font, sentent et pensent les gens qui nous important, de maintenir ce qu’elle appelle la “conscience (awareness) sociale périphérique”.


Source: F.Pisani
http://pisani.blog.lemonde.fr/2009/08/21/petite-colere-contre-ceux-...


Salut Ashley,

Je suis d'accord avec toi lorsque tu nous dis:

Le micro blogging texte ou écrit présente peu d'applications pédagogiques pour l'enseignement d'une langue étrangère; par contre les potentiels du micro blogging video/audio sont immenses.

Dans nos cours de français il faudrait utiliser des vrais "gazouillis" sonores
plutôt que des textes ....

Un exemple


4. Les blogs des étudiants
http://flenet.rediris.es/blog/actiblog4.html

AudioBlogs Etudiants Campus
AudioBlogs Jamglue 2009
AudioBlogs Jamglue 2008
AudioBlogs Jamglue 2007
AudioBlog Podomatic 2006
Leo hoy las conclusiones de un estudio llevado a cabo por Pear Analytics sobre el uso que se hace de Twitter (los resultados son de Estados Unidos, por lo que quizás no sean aún extrapolables a estos lares). Pero lo que más me ha llamado la atención ha sido el titular del diario El Mundo: “Un 40.5% de lo que se habla en Twitter es simple ‘cháchara’” (por no mencionar el titular de Público: “El 40% de los mensajes en Twitter son chorradas“).

Cháchara. Un 40.5% de lo que se ‘habla’ en Twitter no es más que frases y palabras que no interesan a casi nadie. [...]

Y digo yo: ¿qué se supone que es Twitter? Para mí, por mucho que sus creadores lo nieguen, es una red social. Una red social que presenta ese importante componente comunicacional pero también el de establecer relaciones. Y como buena red social “digital”, sólo lleva a la Red lo que hacemos al otro lado de las pantallas. Y aún no conozco a nadie que mantenga conversaciones transcendentales de continuo con amigos, familiares, compañeros de trabajo, …

Así que con estos resultados, nada nuevo bajo el sol. Que el Dios digital perdone nuestros pecados por no estar emitiendo constantemente información de interés (que por cierto, ¿cuál es el criterio objetivo para definir lo que interesa o lo que no? ¿hay algo que interese a todos los usuarios de Twitterland?).

Aquí van otros usos que ya he comentado en anteriores ocasiones:

Durante los congresos, se ha convertido en un foro de discusión en tiempo real. Mientras que los ponentes están disertando a la masa, esa masa genera su conversación en paralelo, teniendo un papel más activo y logrando que personas que no están en ese evento, también participen.
Otro ejemplo lo encontramos en las pasadas elecciones estadounidenses, donde los candidatos han ido narrando todos sus movimientos a través de Twitter. La Red es ya un canal de comunicación más que ha logrado una alta movilización por parte de los ciberactivistas. En este caso se demostró que los demócratas llevaron a cabo una mejor campaña en Internet. Sólo era necesario comparar los seguidores del canal de Barack Obama (por encima de los 112.000) y sus más de 250 actualizaciones, frente a los cerca de 5.000 followers de John McCain con sólo 25 twitteos. Casos como el de las pasadas elecciones iraníes también lo corroboran.
Compartir información y conocimiento como en una lista de correo, un foro o como si fuera nuestro del.icio.us donde publicamos enlaces de interés.
También ofrece muchas posibilidades como canal de emisión corporativa para las empresas. Dell, compañía que desarrolla y vende ordenadores, ha creado una cuenta para lanzar ofertas especiales a sus seguidores.
Medios de comunicación como El País, CNN o Times lo usan para distribuir sus titulares y mantener informados a sus usuarios de noticias de última hora.
Socialización y networking.
Coordinar equipos de trabajo y proyectos (aunque para esto es más recomendable yammer.com, un twitter para empresas sin límite de caracteres y que agrupa por el dominio de nuestra dirección de correo).
Cubrir un evento o noticia. Twitter se suele sobreactivar ante sucesos importantes. Por ejemplo, el día de la muerte de Michael Jackson, se colapsó: 9 de los 10 Trending Topics eran referentes al Rey del Pop.
Incluso se pueden materializar ideas más peregrinas, como la que nos ofrece el proyecto Botanicalls: un nuevo canal de comunicación entre plantas y humanos. Se trata de un sistema que se conecta al vegetal y hace que éste mande su estado en tiempo real a la plataforma. Puede ser interesante ver a nuestro geranio lanzando mensajes de auxilio al ciberespacio si se queda sin agua.
Y existen casos más extremos derivados de la urgencia, como el ocurrido en marzo de 2008. Mientras un tornado azotaba Oklahoma, sus habitantes fueron narrando la localización exacta del mismo en cada momento. O el de los bomberos de Los Ángeles, que aprovechan la utilidad para informar en tiempo real de las alertas ocurridas en la ciudad.
Y por supuesto, también sirve para la cháchara

De cháchara en Twitter
http://blog.loretahur.net/2009/08/de-chachara-en-twitter.html

Ressources complémentaires:

Jack Dorsey - is Twitter useful for education?
http://www.youtube.com/watch?v=2Bzxn_WtgeA


Entrevista: JACK DORSEY - El Pais
"Twitter no es una red social sino una herramienta de comunicación"

http://www.elpais.com/articulo/internet/Twitter/red/social/herramie...

P. ¿Qué tiene Twitter que no tengan otras redes sociales? ¿Va a poder con monstruos de la talla de Facebook?

R. No considero que Twitter sea una red social, sino una herramienta de comunicación. Puedes construir una red social encima de Twitter, ya que no son más un directorio de nombres. A Twitter lo consideramos una plataforma de comunicación.


P. ¿Cuál es la razón que lleva a una persona a sentir la necesidad de informar a sus conocidos y no tan conocidos de lo que está haciendo en cada momento?

R. En primero lugar, el ser humano tiene el deseo de informar a la gente acerca de sí mismo; cuando alguien relata detalles de su vida se siente más próximo a su gente. Por ejemplo, cuando estoy en San Francisco sé dónde están los mejores restaurantes, si hay alguna movilización, qué es lo que interesa a quienes viven en esa parte del mundo. Los usuarios de Twitter saben lo que está pasando en la ciudad, en el país en el que viven y, en definitiva, en el mundo.


50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l'éducation
Source: Blog M.Asselin
http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2009/02/50_idees_utiliser_...

Inspirée par le texte de Chris Brogan «50 ideas for using Twitter in Business», Carol Cooper-Taylor a publié récemment «50 Ideas on Using Twitter for Education». À partir d’une invitation de Yann Leroux sur Twitter, nous nous sommes mis en tête ce matin de traduire cet article en français, et, ma foi, le résultat n’est pas trop mal…
Sous l’hyperlien plus bas, on pourra consulter le produit du travail d’équipe de Yann Leroux, Émilie Ogez, Lilian Mahoukou, Florence Meichel, Thierry de Baillon, Hubert Guillaud et moi-même, accompli en très peu de temps…

Mise à jour en P.M.: Tant qu’à écrire sur Twitter, autant compléter l’information par deux bons billets qui se suivent l’un et l’autre, «15 façons de dire non aux twitters snobs» et «La politesse des foules».

50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation
Premiers pas
1- Ouvrez un compte. Utilisez Twitter search et faites des recherches sur votre nom, celui de votre école, collège, lycée, ou université. Faites des recherches en fonction de vos intérêts (l’écoute vient toujours en premier).
2- Ajoutez une photo de vous. Les gens veulent vous voir. Quelle sorte de photo - c’est votre choix, il y a une belle démonstration de ce que veut dire la diversité sur ce sujet.
3- Ne vous contentez pas de twitter sur ce qui tourne autour de vous. Parlez aux autres, intéressez-vous à ce qu’ils font aussi.
4- Mettez en avant les choses intéressantes qui se passent dans votre classe (quelle que soit la forme que cela prend)
5- Partagez des liens vers votre institution et/ou communauté. Prenez soin de ce que vous partagez
6- Ne vous répandez pas en excuses. Rendez-vous plutôt utile.
7- Ne faites pas que dans l’autopromotion. Aidez plutôt les autres
8- Prenez garde à ne pas faire que la promotion de vos activités. Vos fans (c’est-à-dire maman) adoreront. Mais, heureusement, vous êtes également au service des autres. Mettez en avant vos étudiants, mais soyez attentif à maintenir l’anonymat, particulièrement en ce qui concerne les enfants.
9- Soyez humain.
10- Parlez aussi d’autres choses qu’uniquement d’éducation. Il y a une vie en dehors de la classe.

Quelques idées à propos de QUOI twitter ?
11- Au lieu de répondre à la question “qu’êtes-vous en train de faire?”, répondez à la question “qu’est-ce qui vous captive?”
12- Ayez plus d’une personne qui twitte dans votre milieu. Les gens peuvent partir, pendre des vacances. Misez sur la diversité.
13- Losrque vous faites la promotion d’un billet de blogue, posez une question ou élaborer sur ce “qui vient après” au lieu simplement d’envoyer un lien, bêtement.
14- Posez des questions. Twitter est super pour avoir des avis.
15- Suivez des personnes intéressantes. Si vous trouvez quelqu’un qui twitte des choses intéressantes, regardez qui il suit et suivez-le!
16- Twittez à propos des préoccupations des gens - soyez humain
Twittez à propos de ce qui intéresse les autres. Mettez en avant votre côté humain
17- Lorsque vous traitez de ce qui vous concerne, soyez concret (faites en sorte d’être utile)? Donnez des conseils, rédigez des billets de blogue, faites des photos, etc.
18- Partagez le côté humain de votre institution. Si vous pensez à tweeter, cela signifie que vous croyez aux bénéfices des médias sociaux pour les connexions humaines. Faites nous découvrir des images et d’autres choses “humaines”.
19- Ne prêchez pas trop pour votre paroisse.
20- Ou si vous le faites, prêchez aussi pour celle des autres

Quelques astuces pour vous
21- Vous n’êtes pas obligé de lire chaque tweet. Certaines personnes en suivent des milliers, mais ne peuvent pas tout lire.
22- Vous n’êtes pas obligé de répondre à l’ensemble des tweets qui vous sont adressés (répondez à quelques-uns, mais ne vous sentez pas coupables)
23- Utilisez le canal de messages privés si vous n’êtes pas sûr que vos échanges intéressent le plus grand nombre
24- Utilisez des services comme Twitter Search afin de surveiller ce que l’on dit sur vous. Et participez, quand cela est nécessaire.
25- Les clients comme Tweetdeck et Twhirl facilitent grandement votre utilisation de Twitter. J’utilise l’add-on TwitterFox sur Firefox.
26- Si vous twittez toute la journée, vous ne serez pas populaire auprès de vos collègues ou de votre patron.
27- Si vous twittez toute la journée, vos étudiants vous feront part de leur mécontentement.
28- Apprenez rapidement à utiliser les raccourciceurs d’URL comme TinyURL et d’autres.
29- Si quelqu’un vous dit que vous n’utilisez pas correctement Twitter, oubliez-le. Les gens sont libres de ne plus vous suivre.
30- Commenter les tweets de vos contacts et faire des retweets sont d’excellents moyens de construire une communauté

Les gens négatifs vous objecteront
31- Twitter prend du temps
32- Twitter vous éloigne de l’enseignement
33- Sans stratégie, c’est juste un coup de clavier dans l’eau…
34- Il y a d’autres façons de faire cela
35- Cela ne remplace pas le face-à-face (qui a dit que cela le remplaçait?).
36- Twitter est bogué et n’est pas fait pour l’éducation.
37- Twitter c’est pour les nerds, pas pour les enseignants.
38- Il n’y a que quelques millions de personnes sur twitter (seulement).
39- Twitter ne remplace pas le courriel.
40- Twitter expose l’institution à plus de critiques et d’accrochages.

Quelques idées positives à leur répliquer
41- Twitter contribue à bien organiser des rencontres spontanées.
42- Twitter agit comme pourrait le faire un sondage.
43- Twitter peut aider à diriger les étudiants vers quelques points d’intérêt
44- Twitter dans la classe aide à créer un autre canal d’objectivation, en arrière plan (“backchannel”)
45- Twitter transmet les informations plus rapidement que n’importe quel autre média (spécialement si l’information a un impact sur les «Net citoyens»)
46- Twitter donne un aperçu des avantages de la messagerie instantanée pour les entreprises. (Souvenez-vous du concept de «présence» dans les années 90)
47- Twitter fait se rencontrer les grands esprits et donne chaque jour l’opportunité d’apprendre (si c’est votre objectif et/ou si vous suivez les bonnes personnes)
48- Twitter donne une tribune à ceux qui vous critiquent, mais cela vous procure l’avantage d’y réfléchir.
49- Twitter peut vous aider en matière de formation continue et en termes de recrutement d’enseignants.
50- Twitter peut augmenter le feedback provenant des parents.

(SUITE)


15 façons de dire non aux twitters snobs

Le twitter snob multiplie les followers mais n'écoute que lui-même et une petite cour de happy few. Comment profiter de Twitter, en échappant à ces twitter snobs et en évitant d'en devenir un soi-même ?

http://webusage.blogspot.com/2009/02/15-facons-de-dire-non-aux-twit...

Exemples à suivre ?

Plutôt que de pointer du doigt quelques twitter snobs, regardons plutôt un bon exemple, en restant dans le Web francophone, avec @bdescary (Benoît Descary) :

On voit très vite que l'on n'a pas affaire à un twitter snob, bien au contraire :

- un nombre de followings comparable au nombre de followers,
- un nombre d'updates important,
- des échanges ouverts avec de nombreuses personnes,
- une proportion équilibrée entre des billets renvoyant vers descary.com et des conversations.

Deux autres exemples avec @eogez et @jeanlucr :
Mêmes caractéristiques que notre premier exemple avec des conversations ouvertes et un nombre d'updates important. La forte proximité et l'humanisation de la relation virtuelle sont deux éléments qui ressortent. Emilie n'hésite pas à retweeter des informations qui lui semblent très intéressantes ou qui serviraient peut-être à ses followers. Jean-Luc a également une fréquence élevée d'envois de tweets. Il est plus axé partage de veille dans des domaines bien ciblés et n'hésite pas à vous suivre en retour.

Un peu sceptique…
SUITE - Commentaires / Réactions au message
50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l'éducation

Source: http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2009/02/50_idees_utiliser_...

Dans notre société actuelle, il semble qu’à chaque tendance corresponde souvent un produit dérivé. Nous avions les courriels, puis les salles de clavardage sont nées. Ce fut ensuite au phénomène Facebook d’envahir nos écrans. Nous avons maintenant les blogues, et les Twitter apparaissent. Je suis tout à fait d’accord avec l’idée d’intégrer les TIC dans l’enseignement. D’ailleurs, je vois d’un œil plus que positif les enseignantes et enseignants qui s’efforcent d’en faire une de leur priorité, compte tenu du contexte actuel d’évolution constante. Nous sommes à l’ère numérique, ne le nions pas.

Et pourtant, il me semble un peu difficile de voir en quoi un Twitter pourrait être utile dans un contexte d’enseignement. Le billet « 50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l'éducation » dénombre plusieurs « avantages » à ce nouveau médium dans un cadre scolaire. Je soutiens, pour ma part, qu’il se veut plutôt réducteur, voire superficiel (chaque intervention est limitée à 140 caractères, soient deux ou trois phrases, tout au plus), et qu’un simple blogue ferait tout aussi bien l’affaire.

En effet, je vois mal un outil qui restreint les interventions à 140 caractères peut «créer un autre canal d’objectivation ». Si tel est le cas, alors quelqu’un peut-il m’expliquer comment un enfant peut réfléchir sur ses apprentissages et en communiquer les résultats aisément dans un espace aussi restreint?

À l’argument « Twitter donne une tribune à ceux qui vous critiquent, mais cela vous procure l’avantage d’y réfléchir », j’oppose que cela ne constitue aucunement une nouveauté, puisque les blogues le permettent tout autant. En contrepartie, la limite de 140 caractères imposée par les Twitter – j’y reviens encore! – le font ressembler davantage à un surgissement intempestif ou à une sorte de pourriel quotidien, qu’à un réel outil de réflexion et d’apprentissage.

En bref, ce n’est pas que je trouve le phénomène « Twitter » en soit inutile. Au contraire, cet outil représente une nouvelle interface de communication dynamique à explorer. Cependant, je ne vois tout simplement pas son utilité ni ses avantages dans en contexte scolaire. D’après moi, l’utilisation d’un blogue au sein d’une classe constitue une meilleure solution de communication et d’ouverture qui intègre les TIC. Au contraire du Twitter, le blogue ne limite pas les participants dans la longueur des messages qu’ils souhaitent produire. Aussi, puisque tous peuvent y intervenir et qu’il est gratuit à concevoir, au même titre que pour un Twitter, le blogue demeure un outil qui procure à l’enfant une vision d’ouverture sur le monde. En ce qui concerne les rétroactions parentales, elles sont tout aussi possible sur un blog. Je persiste et je signe : un blogue plutôt qu’un Twitter en classe s’il vous plaît!




Je souscris aux arguments de Valérie. Il me semble en effet que dans un contexte éducatif -ou scientifique- le blogue peut faire tout ce que twitter peut faire, en mieux.

Mieux: pas de limite d'espace, et pourtant obligation de ramasser ses idées, ne serait-ce que pendant quelques minutes, avant de mettre un billet en ligne. Résultat, au lieu d'avoir 2 ou 3 messages twitter, on a un billet, qui résume un peu mieux notre pensée. Dans notre monde où nous sommes déjà sur-bombardés d'infos, ça me semble être un argument important.

Objection possible: le twitter sert quand on a juste à signaler une idée rapide ou une adresse URL à la sauvette. Certes. Mais pourquoi est-ce que ça ne pourrait pas attendre 10 minutes, le temps que vous nous disiez dans un billet pourquoi et pour qui est cette adresse?
Très bonne indication!
MESSAGES INTÉRESSANT DE M.ASSELIN - BLOG

Twitter... capteur d'attention ou constructeur d'apprentissage?
http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2009/10/twitter_capteur_at...

Une journée sur le sujet de la génération C
http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2009/10/twitter_capteur_at...

L’avantage de Twitter est que c’est un outil fantastique qui tient lieu de carnet de notes, personnel ou collectif. Le désavantage de Twitter, c’est de pouvoir noter beaucoup de petits trucs, mais aussi, de risquer de mettre de côté le blogue, un des outils les plus puissants quand vient le temps d’objectiver une journée comme aujourd’hui.

Je parle évidemment de ma présence au Colloque Génération C, dont c’était la première des deux journées. Cinq cent trois participants, une vingtaine d’accréditations médias et beaucoup de conversations plus tard, on peut dire que la rencontre tient ses promesses. En intensité et en apprentissage… Je rappelle qu’à la mi-septembre, quelques résultats avaient été dévoilés. J’en ai déjà parlé ici et là.
Demain, les impacts du communiqué de presse et la lecture des journalistes présents «transiteront» par médias interposés vers la population. Allez savoir ce qui sortira de tout cela… Déjà, on peu lire quelques comptes-rendus (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 et 11). Plus tôt ce matin, Taïeb Moalla du Journal de Québec avait témoigné en direct de son expérience. Mais c’est du côté du fil Twitter #genc (plus d’un milier, semble-t-il, dans cette seule première journée) qu’on retrouvera les plus généreuses contributions. Les gens ont été généreux de leurs gazouillis et il faut saluer l’audace du Céfrio d’avoir accepté l’aménagement sous forme d’écrans géants devant la scène qui retransmettait en direct les «tweets» de tous et chacun. L’image d’un membre du gouvernement traitant des services gouvernementaux avec au-dessus, la critique d’un de ces services, me restera longtemps en mémoire. Pas de malaise ici, seulement le reflet d’une façon inusitée [et moderne?] d’échanger et le symbole de certains dogmes qui tombent…
gnrationc16_thumb.jpg
Crédit photo: Denis Francois Gravel

Il n’y a eu que très peu de ces moments de vertige. La grande majorité du temps, le gazouillis exprimait un questionnement, une information complémentaire ou précisait une réflexion qui découlait de ce qu’on venait d’entendre. Au moment où notre conférencière unilingue anglais s’est exprimée (une synthèse, au Devoir), certains se sont mêmes demandés si l’écran ne s’avérait pas plus utile à suivre que la traduction simultanée? En rafale, quelques réflexions qui remontent au moment de mettre fin à cette journée:

* J’ai rebaptisé Danah Boyd, «la Louis-José Houde du “social networks”», tellement elle possède un débit rapide. J’avais rencontré Danah à LeWeb3 en décembre 2008 et j’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à renouer de bons souvenirs en sa compagnie, après son allocution. Selon elle, Google Wave ne «décollera pas» étant un «geek tool», sans plus. Si elle convient que l’initiative OLPC repose sur une très belle vision, elle croit fermement que ça représente la façon «américaine» de faire les choses et qu’on en a un peu soupé de se faire organiser «par les U.S.»; il y a peu de chances que le futur soit rose pour les XO, dans son esprit. Le mérite aura été de contribuer à voir autrement l’éducation et de servir de lancement au microportables… Danah est repartie à Boston en automobile, vers le milieu de l’après-midi…
* Le gazouillis de la journée quant à moi est survenu en fin de journée au moment où on discutait de l’inertie expliquant la difficulté de lutter contre la fracture numérique: (Luc Gendron) «Qui/où est la force d’inertie? Ceux que la démocratisation de l’information menace, car elle dilue leur pouvoir.»
* Comme souvent, la rencontre d’une personne qu’on côtoie dans l’espace numérique est remplie de lumière. Cette impression de se connaître même si on se voit pour une première ou deuxième fois est toujours indescriptible…
* Il a beaucoup été question d’éducation aujourd’hui et les gens m’ont paru très ouverts dans leurs analyses des bons coups et de ce qui reste à accomplir en terme de défis. il y avait une telle qualité d’intervenants et de participants que je n’ose nommer personne. Le Céfrio aura réussi son pari: réunir toutes les forces vives de notre domaine!

La suite demain… Je dois aller me coucher si je veux être un tant soit peu à la hauteur!

Twitter en classe ?
par Julien POUGET (La Generation Y. Com)
http://lagenerationy.com/2009/11/06/twitter-en-classe/

Le phénomène n’a échappé à personne, les jeunes générations sont massivement présentes sur les réseaux sociaux de toutes sortes. Une partie importante éprouve d’ailleurs des difficultés à se passer pendant les cours de Facebook, Twitter ou des SMS [qui ont depuis longtemps remplacé les petits mots].
Une récente enquête TNS Sofres nous apprend d’ailleurs que 29% des collégiens et 58% des lycéens avouent avoir déjà utilisé leur mobile en plein cours.
Face à ce constat une question se pose : faut-il autoriser les réseaux sociaux dans les classes ou au contraire les interdire ?




COMMENTAIRES INTÉRESSANTS - Sélection

Ion-Fortunata dit :
Non je ne crois pas que Twitter fera partie de la classe :
- 140 caracteres c’est trop court
- La connexion rame
- Entre camarades tout ne se dit pas !
Il y aura des problemes c’est ingerable de tout passer a l’informatique à l’heure du copilliage et tout le… ARGH !Je deviens pro-hadopiste au mon dieu !
Non Je suis lycéen et je suis le seul a avoir un compte twitter… Je ne pense pas que les réseaux sociaux vont arranger quelque chose… En cours quand un prof dit « On va sur les ordis ! »La plupart sont sur facebook et skyrock et que tout le monde utilise les réseau sociaux c’est ingerable de dire de quitter tel site… pour le reste le téléphone il est très utile pour des questions entre amis dans d’autres classes mais ça devient addictif


Juin Laurence dit :
Je pense que la question « faut-il autoriser les réseaux sociaux en classe » ne se pose plus: de fait, comme dit le commentaire ci-dessus, les élèves les utilisent : à moins de bloquer facebook, twitter, skyblog etc sur le réseau, ils réussiront toujours lorsqu’ils sont sur poste informatique à en utiliser un. Dès lors quoi faire? partir dans une guerre où finalement personne ne gagne et qui épuise les deux belligérants? J’ai choisi une autre voie: j’utilise Twitter en classe avec mes élèves, c’est même moi qui les ai initié à ce réseau social qu’ils ne connaissaient pas. Ainsi ils l’utilisent à des fins pédagogiques et clairement identifiées et ça me permet de faire une initiation aux médias du web, atouts, utilisation à bon escient, dangers, dérives et travers. Chacun y trouve son compte: Les enseignants, l’ »institution » ne diabolisent et n’interdisent pas un des outils de communication moderne qu’ils affectionnent tant. Et nous, enseignants impliqués sur ce projet, nous sommes dans une démarche pédagogique et éducative.
Et ça n’empêche pas, pour rebondir sur le commentaire précédent, qu’ils lèvent aussi et toujours le doigt quand ils ont une question à poser ! Mais qui a décidé et surtout prouvé que le doigt levé était le meilleur et surtout unique moyen de communication entre prof et élève? Cela tendrait à supposer que nous avons le droit d’utiliser tous les moyens de communication moderne dans notre quotidien, notre travail mais que la classe resterait un no man’s land interdit à toute modernité.
from : http://frompennylane.blogspace.fr/


DAvid Cordina dit :

J’utilise dans mes cours depuis 2 ans, Ning pour les blogs et réseaux et depuis six mois, Twitter dans mes classes.
Je rejoins et j’approuve les commentaires de Laurence et j’utilise Twitter en classe en mode synchrone et en hors-classe en mode asynchrone.
Synchrone:
Je propose des tâches de prises de notes sur document visuel ou sonore avec un tweetwall projeté pour produire avec mon intervention, une synthèse regroupant les différents tweets notés par les étudiants.
Je suis enseignant de langue étrangère (ici, le Français FLE à l’Université de Lille1).
Asynchrone:
Regardez par exemple cette page de notre réseau social :
http://foreignerinlille.ning.com/group/erasmus2009
- blogs et forum utilisés pour les contributions écrites
- réseau social avec connectivité entre individus
- twitter et microblogging pour un suivi de cours et des annonces administratives.
Les étudiants dans certains groupes et avec le temps et des projets précis viennent de plus en plus et par eux-mêmes à twitter:
Un exemple :
http://atelierduweb.ning.com/ avec une veille faite par les étudiants avec la balise #ipm (ingénierie pédagogique multimédia – master 2 IPM)
http://twitter.com/w2YDAvid
http://davidcordina.free.fr

RSS

Photos

Chargement en cours…

© 2017   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation