Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Boris Vian Audiovisuel: Livres et chansons

 Image: Fondation Boris Vian et Dossier ARTE

 
   Découvrez ! L'Abécédaire en 26 Chansonnettes de Boris Vian & Lucienne Vernay, un abécédaire musical à l'usage des enfants !...
ECOUTER L'EMISSION - FRANCE CULTURE

“Parmi l'immense production de Boris Vian, on trouve un abécédaire musical à l'usage des enfants ! Ces 26 textes de Boris Vian sont des gourmandises de littérature enfantine tour à tour malicieuses, espiègles, tendres... sur les musiques de ma mère Lucienne Vernay” Françoise Canetti

 

   Dans la vie l'essentiel est de porter sur tout des jugements à priori. Il apparaît en effet que les masses ont tort, et les individus toujours raison. Il faut se garder d'en déduire des règles de conduite: elles ne doivent pas avoir besoin d'être formulées pour qu'on les suive. Il y a seulement deux choses: c’est l’amour, de toutes les façons, avec des jolies filles, et la musique de la Nouvelle-Orléans ou de Duke Ellington. Le reste devrait disparaître, car le reste est laid, et les quelques pages de démonstration qui suivent tirent toute leur force du fait que l’histoire est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre.»
L'écume des jours. Avant-propos - Ecoutez la version Audio

RESSOURCES AUDIOVISUELLES - BORIS VIAN
http://flenet.unileon.es/docauteurs20siecle.html#Vian

LITTÉRATURE FRANÇAISE AUDIO/VIDEO
http://flenet.unileon.es/docauteurs.html

D'AUTRES RÉFÉRENCES ET RESSOURCES

dans les COMMENTAIRES de ce message...

 

 

Vues : 9822

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Monica le 25 février 2010 à 9:58

   Cliquez sur le lien pour ECOUTER:    Avant-propos - "L'écume des jours"
Vian_avant-proposEdJ.mp3

   Dans la vie, l’essentiel est de porter sur tout des jugements a priori. Il apparâit en effet que les masses ont tort, et les individus toujoours raison. Il faut se garder d’en déduire des règles de conduite: elles ne doivent pas avoir besoin d’être formulées pour qu’n le suive. Il y a seulement deux choses: c’est l’amour, de toutes les façons, avec des jolies filles, et la musique de La nouvelle New Orleans ou de Duke Ellington. Le reste devrait desparaître, car le reste est laid, et les quelques pages de démonstration qui suivent tient toute leur force du fait que l’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité, en athmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion. On le voit, c’est un procédé avouable, s’il en fut.

 

Ecoutez
Boris Vian, L'écume des jours

 

Ecoutez un extrait (chapitre 4) - Blog à part
http://edern.be/wordpress/lincrevable-vian/#more-1370
Vian_chapitre4EdJ.mp3

 

 PDF - Ebooks gratuis

L'écume des jours en ligne  -  Texte complet

http://file.blog-24.com/utili/60000/57000/56679/file/artpdf/lecume-...

Commentaire de Crale le 23 février 2010 à 20:33

BORIS VIAN  (1920—1959)   -    ŒUVRE CHANTÉE
Archive et phonothèque
http://boris-vian.net/fr/index.html

 DISCOGRAPHIE  http://boris-vian.net/fr/discogr.html
Par interprètes de A à Z après Boris Vian lui-même
Basée sur la « Discographie » de Georges Unglik  1976, numéro spécial Vian)
et mise à jour à l'aide de la Discographie de Boris Vian en images, la Collection de compacts de Boris Vian et autres sources modernes

 


En 1946, il découvre Charlie Parker et Dizzy Gillespie grâce à Charles Delaunay, créateur de l'illustre Jazz Hot. Ce dernier est bientôt exclu du Hot Club en 1947, dont les membres, derrière Hugues Panassié, défendent majoritairement un jazz traditionnel. Cet événement, qualifié plus tard de « guerre du jazz » par Franck Thénot, coïncide avec le début de la carrière journalistique de Boris Vian ...
1947, c'est aussi l'ouverture du Tabou, qu'il anime avec ses frères. Le club devient vite le haut-lieu du jazz à Saint-Germain des Prés. Leurs soirées alimentent la presse à sensation qui les associe à l'existentialisme et les qualifie de dégénérés.
En 1954, la guerre d'Indochine lui inspire nombre de chansons engagées, en particulier le cultissime « Déserteur », qui fera partie du tour de chant qu'il présente au théâtre des Trois Baudets. Il enregistre alors son premier (et quasiment unique) album : Chansons possibles et impossibles, pressé à 1000 exemplaires et interdit sur les ondes. C'est une période d'ébullition ; chansons (il en écrira plus de 400) ; chansons engagées, chansons désespérées, berceuses, chansons à l'humour ravageur, ballets, opéras…

Commentaire de Aisha le 23 février 2010 à 12:19
Bonjour Zhy et Sylvie
Je crois que les ressources suivantes pourraient completer votre dossier


Conférence sur le manuscrit de L'Ecume des jours de Boris Vian par Anne Mary
http://www.revuerectoverso.com/spip.php?breve30

Brève présentation de la conférence :

Une partie des manuscrits de Boris Vian, correspondant à sa production jusqu’en 1950 environ, est conservée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Fleuron de cet ensemble, le manuscrit de L’Ecume des jours, rédigé de la fin 1945 jusqu’en avril 1946, représente le paradigme de la production vianesque : une écriture cursive et rapide, très peu de repentirs, des jeux de langage et des néologismes abondants. Fait plus rare, des dessins viennent ponctuer le verso de certains feuillets, ces derniers étant tous constitués de papier à en-tête de l’AFNOR où travaillait alors Boris Vian en tant qu’ingénieur.

L’auteur, pour ce premier grand roman, reçut le soutien de Raymond Queneau, enthousiasmé par ce jeune écrivain dont la fantaisie débridée s’alliait à tant de poésie : la maladie y prend la forme d’une fleur, le nénuphar, et le fameux pianocktail inventé par Vian fabrique des breuvages différents en fonction de l’air joué. Parfois qualifié de « roman jazzique », L’Ecume des jours est imprégnée de références à la culture américaine, notamment musicale, toujours sur le mode de l’humour et de l’imaginaire. L’auteur multiplie les clins d’œil, mettant en scène le philosophe Jean-Sol Partre et la Duchesse de Bovouard, caricaturant les attitudes extrêmes des admirateurs du couple, et évoquant la conférence sur l’existentialisme donnée par Sartre en 1945. Cependant, loin d’être uniquement « le plus poignant des romans d’amour contemporains » selon l’expression de Queneau, ce texte conte une histoire de désillusion et de désamour : le mariage marque la fin du temps de l’insouciance, l’entrée dans le monde honni des adultes, la nécessité du travail.

Cette œuvre, très peu lue à sa parution en 1947, n’a accédé à la reconnaissance que dans les années soixante. Souvent considérée comme symbole de l’adolescence, elle fait désormais partie des classiques de la littérature française du XXe siècle et, à ce titre, a reçu une reliure d’art réalisée par Sün Evrard, tout comme quelques autres œuvres du département des Manuscrits, telles La Nausée de Sartre reliée par Monique Mathieu ou La Peste de Camus par Georges Leroux. Reprenant l’image du nénuphar, cet écrin marque la place toute particulière de ce manuscrit au sein du fonds Boris Vian.






L'Ecume des jours, Boris Vian (NAF 28157)Conférence par Anne Mary, conservateur au département des Manuscrits, BnF, et Sün Evrard, relieur
Video Durée : 4 min 14 s Réalisation : Brainsonic, 2009
http://www.inp.fr/index.php/fr/mediatheque_numerique/les_films_et_e...
Commentaire de Sylvie le 22 février 2010 à 20:55


"Je voudrais pas crever
Avant d’avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d’argent
Au nid truffé de bulles
Je voudrais pas crever
Sans ..."

Je voudrais pas crever, de Boris Vian
Un reportage de Christelle Loigerot

Boris Vian: Je voudrais pas crever .. in Là-bas si j'y suis - D. Mermet
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1862
Fichier Audio Twaud.io http://twaud.io/2nP
Commentaire de Zhying le 22 février 2010 à 20:48



  • Romain Duris, Audrey Tautou et Omar Sy dans "L'Ecume des jours" de Michel Gondry
    "L'Ecume des jours" : Gondry bricole brillamment le roman de Vian

    Michel Gondry est un des rares cinéastes français à avoir un univers très reconnaissable qui s’est exporté aux Etats-Unis tout en continuant à s’impose en France. Cette nouvelle adaptation de « L’Ecume des jours » est bourrée de qualités, son style...

Boris Vian le touche à tout génial

Boris Vian le touche à tout génial

  • Exposition Boris Vian à la Bnf. Boris Vian et son « cor à gidouille », Paris, 11 octobre 1958
    Mille visages de Boris Vian à la BnF

    La bibliothèque Nationale de France rend hommage à Vian. De son enfance dans une famille joyeuse, bourgeoise et bohème en banlieue parisienne aux heures glorieuses de Saint-Germain des Près, des Cents sonnets à l’Écume des jours, en passant par la...

Source: Culturebox
http://culturebox.francetvinfo.fr/recherche/Boris%20Vian/

Commentaire de Zhying le 22 février 2010 à 20:42
La scène de la première rencontre »
extraite de L'Ecume des jours (chapitre 11) de Boris Vian :

- Oui, dit Isis. Venez, je vous présente...
La moyenne des filles était présentable. L'une d'elles portait une robe en lainage
vert amande, avec de gros boutons en céramique dorée, et, dans le dos, un
empiècement de forme particulière.
- Présentez-moi surtout à celle-là, dit Colin.
Isis le secoua pour le faire tenir tranquille.
- Voulez-vous être sage, à la fin ?
Il en guettait déjà une autre et tirait sur la main de sa conductrice.
- C'est Colin, dit Isis. Colin je vous présente Chloé.
Colin avala sa salive. Sa bouche lui faisait comme du gratouillis de beignets
brûlés.
- Bonjour ! dit Chloé...
- Bonj... êtes-vous arrangée par Duke Ellington ? demanda Colin... Et puis il
s'enfuit, parce qu'il avait la conviction d'avoir dit une stupidité.
Chick le rattrapa par un pan de sa veste.
- Où vas-tu comme ça ? Tu ne vas pas t'en aller déjà ? Regarde !...
Il tira de sa poche un petit livre relié en maroquin rouge.
- C'est l'original du Paradoxe sur le Dégueulis, de Partre...
- Tu l'as trouvé quand même ? dit Colin.
Puis il se rappela qu'il s'enfuyait et s'enfuit.
Alise lui barrait la route.
- Alors, vous vous en allez sans avoir dansé une seule petite fois avec moi ? ditelle.
- Excusez-moi, dit Colin, amis je viens d'être idiot et ça me gêne de
rester.
- Pourtant, quand on vous regarde comme ça, on est forcé d'accepter...
- Alise... geignit Colin, en l'enlaçant et en frottant sa joue contre les cheveux
d'Alise.
- Quoi, mon vieux Colin ?
- Zut... Zut... et Bran !... Peste diable bouffre. Vous voyez cette fille là ?...
- Chloé ?...
- Vous la connaissez ?... dit Colin. Je lui ai dit une stupidité, et c'est pour ça que
je m'en allais.
Il n'ajouta pas qu'à l'intérieur du thorax, ça lui faisait comme une musique
militaire allemande, où l'on n'entend que la grosse caisse.
- ‘est-ce pas qu'elle est jolie ? demanda Alise.
Chloé avait les lèvres rouges, les cheveux bruns, l'air heureux et sa robe n'y était
pour rien.
- Je n'oserai pas, dit Colin.
Et puis, il lâcha Alise et alla inviter Chloé. Elle le regarda. Elle riait et mit la main
droite sur son épaule. Il sentait ses doigts frais sur son cou. Il réduisit
l'écartement de leurs deux corps par le moyen d'un raccourcissement du biceps
droit, transmis du cerveau, le long d'une paire de nerfs crâniens choisis
judicieusement.
Chloé le regarda encore. Elle avait les yeux bleus. Elle agita la tête pour
repousser en arrière ses cheveux frisés et brillants, et appliqua, d'un geste ferme
et déterminé, sa tempe sur la joue de Colin.
Il se fit un abondant silence à l'entour, et la majeure partie du reste du monde se
mit à compter pour du beurre.


BORIS VIAN, L'Ecume des jours
Commentaire de Zhying le 22 février 2010 à 20:24


Boris Vian - Dossier ARTE
http://www.arte.tv/fr/2614678.html

"Bulles de Vian", une fiction musicale écrite et réalisée par Marc Hollogne.
La folle journée d’Antoine de Caunes dans un Paris transfiguré par Boris Vian, paroles et musiques : cinquante ans après sa mort, un hommage porté par une distribution éclatante, de Camille à Arthur H.


"La vie jazz", un documentaire de Philippe Kohly.
Dans ce documentaire consacré à Boris Vian, décédé à 39 ans, Philippe Kohly déroule les multiples fils d’une existence trop brève et très remplie, qui s’apparente à une course contre la montre.

Badge

Chargement en cours…

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2018   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation