Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Yoani Sanchez - Cuba: la mort, la peur et l'oubli

Amanecer con alas y horizonte, desde la Redacción del diario

Receta para olvidar a Fidel Castro  - Generación Y -  13-8-16
http://www.14ymedio.com/blogs/generacion_y/Receta-olvidar-Fidel-Cas...

Enciendo la radio y un locutor declama un breve titular: "Fidel Castro, el Gran Constructor". El hombre explica que las más importantes obras del país han salido de esa cabeza que durante décadas cubrió una gorra verde olivo. Cansada de tanto culto a la personalidad, me decido a ver la televisión, pero en el canal principal un abogado detalla el legado jurídico del Máximo Líder y al terminar el programa anuncian un documental sobre "el Invencible Guerrillero".

La propaganda oficial sabe que los pueblos muchas veces apelan a la memoria a corto plazo como una forma de protegerse. Para muchos jóvenes, Fidel Castro resulta ya tan remoto como un día lo fue para mi madre el dictador Gerardo Machado, que a principios del siglo pasado marcó tan negativamente la vida de la generación de mi abuela. Ningún país puede vivir con la vista fija hacia un solo hombre, así que el desenfoque y la distracción se ha interpuesto entre el ex primer secretario del Partido Comunista y la población de la Isla.

Los detractores de "Él", como lo llaman simplemente muchos cubanos, preparan los argumentos para desmontar su mito. Aguardan el momento en que los libros de historia lo dejen de homologar con José Martí y hagan sobre su trayectoria un análisis descarnado, frío, objetivo. Son esos que sueñan con la era post Castro, con el fin del fidelismo y con la diatriba que caerá sobre su controvertida figura.

Los más, sin embargo, simplemente pasan la página y encogen los hombros en señal de hastío cuando escuchan su nombre. Son los que, por estos días, apagan la televisión y fijan la vista en una cotidianidad que niega cada palabra que Fidel Castro dijera en sus encendidas alocuciones, en aquellos tiempos en que planificaba construir la utopía y hacernos hombres nuevos.

Ellos, los cansados de su omnipresencia, son los que le darán el puntillazo final al mito. Lo harán sin algarabía ni actos heroicos. Simplemente dejaran de hablar de él a los hijos, no colgará las fotos en que se le ve con fusil y charretera en las salas de sus casas, ni nombrarán a sus nietos con las cinco letras de su nombre.

 

Generation Y  http://www.14ymedio.com/blogs/generacion_y/

Generation Y - Version française
http://desdecuba.com/generaciony_fr/

14ymedio.com   http://www.14ymedio.com/

 

Vues : 388

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Zoé Brustel le 20 janvier 2017 à 20:47
Commentaire de Adel le 26 novembre 2016 à 20:22

Del susurro, al grito de Tatlin
  Los participantes de aquella primera edición del Susurro de Tatlin en La Habana, nunca olvidaremos ese minuto de libertad frente al micrófono que nos costaría años de insulto oficial. La propuesta de reeditar la acción performática, pero esta vez en la Plaza de la Revolución, nos trajo invariablemente los recuerdos de esa noche en el centro Wifredo Lam y la esperanza de que esta vez los micrófonos estuvieran abiertos para un mayor número de cubanos. Confieso que llegué a meditar en dónde sería mejor levantar el podio, colocar a los actores vestidos de verde que regularían el tiempo de alocución de cada cual y cómo se vería la paloma, con su revoleteo sobre el hombro de cada orador.
 En esa conversación le dije que “ya el performance está hecho; la acción artística se ha logrado”, pues con su propuesta Bruguera había develado el entramado de censura, cobardía cultural y represión que inmoviliza la vida cubana. Muchos de sus amigos artistas habían declinado acompañarla, algunos conocidos la habían llamado a ceder y a trasladar el Susurro de Tatlin hacia el interior de una institución y otros más comprometidos le advirtieron que existía un plan para “abducirla de la Plaza”. Desde la madrugada comenzó la danza macabra de los arrestos y la intimidación.
Damas de Blanco, activistas, periodistas y disidentes fueron encarcelados o impedidos de salir de sus casas. Los móviles de muchos comunicadores cortados, los mensajes de sólo textos cancelados y el acceso al correo electrónico Nauta restringido. En un susurro, fue saliendo la información de lo que ocurría. El equipo de 14ymedio sufrió con dureza el golpe, al tener dos reporteros y un colaborador detenidos y nuestra redacción bajo un operativo por horas. La lista de los encarcelados va creciendo en la medida en que las comunicaciones vuelven a funcionar y nos vamos llamando unos a otros, para actualizarnos.
Pero el susurro se transformó en el grito Tatlin. Ese que ahora se escucha a través de las líneas telefónicas, en Twitter, a las afueras de las unidades policiales, donde los familiares reclaman pasar el último día del año junto a los suyos. No lleva micrófono, ni paloma blanca, tampoco es un minuto de libertad sino largas horas de sufrimiento y desazón.
  Tania, entre todos aquellos escenarios que proyectamos, faltaba este. Tú en la cárcel y desde allí, vestida con el uniforme gris de presa, hiciste la más contundente e inolvidable de tus acciones artísticas. La Plaza está hoy en cada uno de nosotros.

Referencias:      Video - El Susurro de Tatlin #6       -      El Susurro de Tatlin 5

Esta obra es la #5 de la serie El Susurro de Tatlin cuyo trabajo examina las relaciones de apatía y anaestetización con respecto a las imágenes utilizadas en los medios masivos de información. En esta serie se trata de activar imágenes, conocidas a través de su recurrencia en la prensa, al de-contextualizarlas del evento original que dio paso a la noticia y escenificarlas del modo más realista posible dentro de una institución artística. El elemento más importante de esta serie es la participación del espectador quien puede determinar el curso que tome la obra. La idea es que la próxima vez que ese espectador se encuentre ante una noticia que utilice imágenes similares a la que él experimentó pueda advertir una cierta empatía personal hacia ese evento distante y ante el cual tendría normalmente una actitud de desconexión emocional o de saturación informativa. La vivencia del público dentro de la obra permite que comprenda la información a otro nivel y que se apropie de ella porque la ha vivido.

Autosabotaje -  Video Conferencia-Performance     

Tania Bruguera y su ‘arte útil’ son acusados de desorden público po...

Commentaire de Sylvie le 9 décembre 2011 à 19:51

Professeurs émergents et formation instantanée

La réunion fut sobre ; divers représentants locaux du Ministère de l’Education étaient présents. Une rumeur se répandait parmi les parents, assis sur les mêmes chaises en plastique que celles que leurs enfants utilisent chaque matin. Comme nous étions proches de la date à laquelle on annonce les admissions en deuxième cycle du secondaire, on s’attendait à ce que nous soit donné à cette réunion le nombre de places d’enseignement pré-universitaire ou d’enseignement technique allouées à cet établissement scolaire pour la poursuite des études. La nouvelle de la fin des « professeurs d’enseignement général» nous prit donc par surprise, car nous avions fini par croire que leur existence se prolongerait jusqu’à la puberté de nos arrières petits enfants.
La préparation d’adolescents en formation accélérée, pour dispenser des cours allant de la grammaire aux mathématiques, a fait la preuve de son échec fracassant. Non à cause de la jeunesse qui est toujours bienvenue dans n’importe quelle profession, mais à cause de la rapidité de leur formation au magistère, et du peu d’intérêt que beaucoup portaient à une si noble activité. Face à l’exode de professionnels de l’éducation vers d’autres secteurs plus lucratifs, on a créé le programme des maîtres émergents et avec lui la qualité de l’éducation cubaine, déjà malmenée, a fini de s’effondrer. Les enfants arrivaient à la maison en disant qu’en 1895 Cuba avait connu une « guerre civile » et que les figures géométriques avaient quelque chose appelé « voldes » que les parents traduisaient par « bordes* ». Je me souviens en particulier d’un de ces éducateurs instantanés qui confessa à ses élèves le premier jour de classe : « travaillez bien pour qu’il ne vous arrive pas la même chose qu’à moi, qui ai fini professeur d’école faute d’avoir eu de bonnes notes. »
Pardessus cela, les télé-classes ont fini, par l’intermédiaire d’un écran froid, sans interaction possible, par occuper un pourcentage important des horaires scolaires. L’idée était de compenser, avec ces matières enseignées par la télévision, le peu de préparation de ceux qui se trouvaient face aux étudiants. Le télé-professeur se substituait dans beaucoup d’écoles à l’enseignant en chair et en os, pendant que les salaires du corps enseignant augmentaient symboliquement, sans jamais dépasser l’équivalent de 30 dollars mensuels. Plus qu’un sacerdoce, enseigner était devenu un sacrifice. C’est pourquoi on vit apparaître devant le tableau noir des personnes qui ne maîtrisaient ni l’orthographe, ni l’histoire de leur propre pays. C’étaient des jeunes qui signaient un contrat pour devenir maîtres, et le regrettaient déjà après la première semaine de travail. Les incidents et les déformations éducatives que ce processus a apportés avec lui sont écrits dans le libre occulte de l’échec des plans révolutionnaires et des annonces ridicules d’objectifs de production qui ne s’accomplirent jamais. Sauf qu’en l’espèce, nous ne parlons pas de tonnes de sucre ou de quintaux de haricots mais de la formation de nos enfants.
Je respire, soulagée que soit terminée la longue expérimentation de l’éducation émergente. Je ne vois cependant pas poindre le jour où toutes les personnes ayant une reçu une préparation pour enseigner abandonneront le volant du taxi, le comptoir du bar ou les travaux domestiques fastidieux pour revenir dans les classes. Au moins je me sentirais plus tranquille si au lieu de l’écran d’un téléviseur Teo pouvait recevoir tous ses cours d’un maître bien vivant et qui domine le contenu. Je crois que pour cela il nous faudra

Commentaire de Monica le 17 février 2010 à 20:26
Elle est bien courageuse: Yoani

face à toute sorte d'adversité

Courage

Et viva Cuba Libre !!!!!!!!!!!!!!!!
Commentaire de Zhying le 14 février 2010 à 19:40
La faute de la victime

Après une agression, certaines personnes atteintes de myopie accusent la propre victime de ce qui lui est arrivé. S’il s’agit d’une femme qui a été violée, il s’en trouvera pour dire que sa jupe était très courte et qu’elle avait un déhanchement provocant. S’il s’agit d’un vol, certains feront valoir que le sac à main voyant ou l’éclat des boucles d’oreilles ont éveillé la convoitise du délinquant. Dans le cas où une personne aurait été objet de répression, alors ne manqueront pas ceux qui allègueront que l’imprudence a été la cause d’une réplique aussi « énergique ». Devant de telles attitudes la victime se sent doublement agressée.
Les dizaines d’yeux qui ont vu comment Orlando et moi-même avons été traînés sous les coups dans une voiture préfèreraient ne pas témoigner, se mettant ainsi du côté du criminel.
Le médecin qui ne relève pas un acte de maltraitance physique parce qu’il a déjà été averti que dans ce « cas » il ne doit rester aucun document de preuve des lésions subies, viole le serment d’Hippocrate et fait un clin d’oeil complice au coupable. Ceux pour qui il devrait y avoir davantage d’ecchymoses et même des fractures pour commencer à ressentir de la compassion pour la victime, non seulement ne mesurent pas la douleur, mais disent à l’agresseur « tu devrais laisser davantage de traces, tu devrais être plus énergique ».
Ils ne manquent pas non plus ceux qui vont prétendre que la victime s’est auto-infligé les blessures, ceux qui ne veulent pas entendre les cris et les lamentations à côté d’eux mais qui les font ressortir et les publient lorsqu’ils se produisent à des milliers de kilomètres, sous une autre idéologie, sous un autre gouvernement. Ce sont les mêmes incrédules qui pensent que l’UMAP* a été un camp divertissant, combinant préparation militaire et travail aux champs. Ceux qui croient encore qu’avoir fusillé trois hommes** est justifié s’il s’agit de préserver le socialisme et que lorsqu’on frappe un anticonformiste c’est parce-que celui-ci l’a bien cherché avec ses critiques. Les éternels justificateurs de la violence ne sont convaincus par aucune preuve, pas même par les trois mots « requiescat in pace » gravés sur un marbre blanc. Pour eux la victime est responsable, et l’agresseur n’est que l’exécutant d’une leçon bien méritée, le simple correcteur de nos déviances.
Bref bulletin de santé :
Je me remets des lésions physiques, suites de la séquestration de vendredi dernier. Les ecchymoses disparaissent et actuellement c’est une douleur poignante dans la zone lombaire qui me gêne le plus et m’oblige à me servir d’une béquille. Hier soir je suis allée à la polyclinique et ils m’ont donné un traitement contre la douleur et l’inflammation. Rien que ma jeunesse et ma bonne santé ne me permettent de surmonter. Par chance le coup que je me suis donné lorsqu’ils ont cogné ma tête contre le plancher de la voiture n’a pas affecté mon œil mais seulement la pommette et l’arcade sourcilière. J’espère récupérer en quelques jours.
(note de l’éditeur : article dicté par téléphone)

Traduit par Jean-Claude MAROUBY

*UMAP : Unités Militaires d’Aide à la Production instituées en 1965

**Référence à Lorenzo Copello, Barbaro Sevilla et Jorge Martinez exécutés en 2003 pour actes graves de terrorisme
Commentaire de Bea Anoux le 13 novembre 2009 à 20:14


VIVA CUBA LIBRE - Courage Yoani!!!

Êtres de l’ombre
http://www.desdecuba.com/generaciony_fr/?p=621
Après ce qui s’est passé vendredi dernier, j’ai décidé d’exposer en plein jour une série de photos des personnes qui me surveillent et me harcèlent.

Ma relation avec le cinéma a toujours été celle d’un fauteuil dans la pénombre d’une salle où l’on entend le son d’un vieux projecteur. Elle est restée comme ça jusqu’au moment où j’ai commencé à vivre mon propre film, une espèce de thriller de persécuteurs et persécutés, dans lequel c’était à mon tour d’échapper et de me cacher. La raison de ce changement soudain, de spectatrice à protagoniste, a été ce blog, placé dans ce large espace si peu abordé par le cinéma qu’est l’Internet. Je me suis réveillée il y a deux ans avec l’envie d’écrire le vrai scénario de mes journées, et plus la comédie à l’eau de rose des médias officiels. Au lieu de regarder les films, je suis passée de l’autre côté de l’écran.

J’ai des doutes si un jour je verrai se refermer le rideau de velours et sortirai vivante du cinéma. Le long long-métrage que nous vivons depuis plusieurs décennies à Cuba ne semble pas proche du générique et de l’heure de rallumer la salle. Cependant, les spectateurs n’ont pas l’air très intéressés par ce film interminable montré par les projectionnistes officiels. Certains semblent plutôt captivés par la vision de ceux qui tiennent un blog ou prennent une page blanche pour y enregistrer leurs interrogations, frustrations ou joies de citoyens.

En me prenant pour Kubrick ou Tarantino, j’ai commencé à laisser un témoignage à propos de ces créatures qui nous surveillent et qui nous harcèlent. Des êtres de l’ombre qui, comme des vampires, se nourrissent de notre joie humaine, nous inoculent la peur par les coups, la menace, le chantage. Des individus préparés à la coercition qui n’ont pas su prévoir leur transformation en chasseurs chassés, en visages attrapés par la caméra, le téléphone portable ou la rétine curieuse d’un citoyen. Habitués à accumuler des preuves pour nourrir ce dossier que nous avons tous dans un tiroir, dans un bureau quelconque, ils sont surpris que ce soit nous qui faisons maintenant l’inventaire de leurs gestes, des leurs yeux, et recueillons méticuleusement leurs abus.
Commentaire de Zhying le 11 novembre 2009 à 20:22


Sélections, morceaux, fragments

Je regarde peu la télé. Je préfère les livres, les journaux ou l’ordinateur comme moyen d’avoir des informations et de me renseigner sur quelque chose. Avec le temps, j’ai appris à me méfier de ce qui est montré sur les écrans, plus encore quand il s’agit des nouvelles. Les jours où ma patience atteint des niveaux élevés, je me sers du journal télévisé de 20 heures comme exercice pour détecter ce qui se cache derrière les phrases triomphalistes. Mais je ne fais cela, je répète, que quand je suis d’humeur stoïque.

Malgré cela, j’éprouve de la peine quand je passe vers un hôtel et que je vois les touristes qui regardent ces chaînes, comme CNN par exemple, que les cubains ne peuvent pas avoir chez eux. Il n’y a pas si longtemps, je me suis embarqué dans un débat avec un péruvien qui affirmait – passionnément – que dans chaque foyer cubain on pouvait recevoir Telesur. Ce qu’il ne savait pas, peut être à cause du dépaysement, c’est que ce qui est diffusé ici de cette chaine n’est qu’un florilège choisi pour nous. À peine deux heures d’émission, sous le nom de «Sélections de Telesur », passent le filtre serré de ce qui peut être montré, le soir, sur nos médias télévisés.

Curieusement, et malgré les coups de ciseaux, ces informations sont à des kilomètres de distance du journal “NTV”*, les infos officielles de la chaîne Cubavisión. Parfois même quelque chose passe au travers qui nie ou qui met en doute ce qui a été affirmé quelques minutes plus tôt sur le “NTV”. Je comprends alors pourquoi même Telesur ne peut pas être montré sans coupure à nos yeux avides de nouvelles. Nous devons louer des chambres d’hôtel, payées en monnaie convertible, si nous voulons regarder sans restriction cette chaine, ainsi que toutes les autres qui nous sont interdites.
* Noticiero de TV : les nouvelles de la TV (Note de traduction).

Traduit par Susana GORDILLO et Pierre HABERER.
Commentaire de Crale le 3 octobre 2009 à 14:26
Salut,

C'est fou, que ce blog qui constitue une référence mondiale,

a eu l'idée géniale d'offrir des traductions, versions

à d'autres langues...
Commentaire de Ashley le 20 septembre 2009 à 12:45
Merci Zhying,

Un bel exemple de la force et beauté d'un blog comme GenerationY
pour agiter les consciences, partager les désespoirs et illusions,
et combattre la bêtise ...

Reconnaissante et ravie

Ashley


Generación Y es un Blog inspirado en gente como yo, con nombres que comienzan o contienen una "i griega". Nacidos en la Cuba de los años 70s y los 80s, marcados por las escuelas al campo, los muñequitos rusos, las salidas ilegales y la frustración. Así que invito especialmente a Yanisleidi, Yoandri, Yusimí, Yuniesky y otros que arrastran sus "i griegas" a que me lean y me escriban.

Bluetooth : parler sans parole

Badge

Chargement en cours…

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2017   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation