Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Théories et réflexions Internet: Dominique Cardon

LEÇON DE DÉSENVOÛTEMENT DU NUMÉRIQUE - France Culture Plus

http://plus.franceculture.fr/lecon-de-desenvoutement-du-numerique

   Le sociologue Dominique Cardon s'oppose tant aux zélotes qu'aux cassandres pour en finir avec le Numérique avec un grand "N". Selon l'auteur de "A quoi rêvent les algorithmes?", le "débat ontologique" opposant de façon simpliste l'homme à la machine nous empêche de politiser ce terrain, et de faire des choix de sociétés: veut-on un monde d'autorité, centralisé/décentralisé, un monde de popularité...? 

Publication de Dominique Cardon

https://www.cairn.info/publications-de-Cardon-Dominique--569.htm

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]   Médiactivistes   Coll. Contester (Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), 2013)

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]   Réseaux et les mutations de la sociabilité    Dans Réseaux 2014/2 (n° 184-185)  
couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]  Web 2.0, et après ? Critique et prospective   - Documentaliste-Sciences de l'Information 2009/1 (Vol. 46)                     
                  

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]  Réseaux sociaux de l'Internet     Dans Communications 2011/1 (n° 88)                     

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]   Web participatif et innovation collective   Dans Hermès, La Revue 2008/

 Internet - Education - Web 2.0

http://flenet.unileon.es/theor1.htm

- Terry Anderson, Online learning
- Tim Berners-Lee et le Web
- Stephen Downes, Learning networks
- Pierre Lévy et l' intelligence collective
- Edgar Morin et Education
- Joël de Rosnay, internet et éducation
- Michel Serres et les nouvelles technologies
- George Siemens, learning, networks, knowledge

INTERNET ET EDUCATION  -  UTOPIE et CRITIQUE

Réflexions - Critique - Théories
http://flenet.unileon.es/thcritique.html#webCritique

M. Castells
René Barbier
Vinton Cerf:
J.Dufresn
G.P.Landow
T. O' Reilly
F.Pissani, D.Piotet
Dominique Maniez
D. Wolton

 

Vues : 2040

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Zhying le 30 octobre 2010 à 20:24
Conversando con David Weinberger - IF la revista de la información
http://www.infonomia.com/if/articulo.php?id=242&if=59

El filósofo David Weinberger, miembro del Berkman Center for Internet and Society de la Facultad de Derecho de Harvard y coautor del famoso e influyente The Cluetrain Manifesto: The end of business as usual (C. Locke, R. Levine, D. Searls, D.Weinberger, 1999), ha publicado Everything is miscellaneous: The power of
the new digital disorder. Este último libro trata sobre el fracaso del orden de clasificación establecido explicando cómo los métodos de categorización diseñados para los objetos físicos fallan cuando podemos colocar las cosas en múltiples categorías a la vez, así como buscarlas de muchas maneras distintas.


¿Qué le impulsó a escribir un libro sobre el desorden digital?

En primer lugar, mi interés por la importancia del desorden, es decir, por el hecho de que el mundo no es tan preciso y noble como nos gustaría que fuese. Y, en segundo lugar, mi antigua fascinación por los metadatos, por la información sobre la información. Con el tiempo, me he dado cuenta de que la solución al problema de la sobrecarga de información del que nos habían advertido a principios de los noventa es, curiosamente, generar más información con más metadatos.


¿Así cree que las conexiones aleatorias generadas por el usuario conducirán a más conocimiento?

En ocasiones. Pero la cuestión es que el proceso de crear nuevo conocimiento es inclusivo: contiene malas ideas, mala investigación, buenas ideas, buena investigación... Y es importante que dispongamos de técnicas para separar el grano de la paja. En el caso de arxiv.org (sitio de prepublicación científica), en el
mismo sitio queda claro que la información no ha sido revisada. Y la página será útil siempre que uno sea consciente de ello cuando la visite; si no lo sabes, puedes
cometer errores muy graves. Queremos tener tanta información como sea posible, queremos clasificarla de tantas maneras como sea posible a fin de poder encontrarla e interconectarla, y queremos ser capaces de determinar su calidad; lo que no queremos es que absolutamente todo sea aleatorio.

VIDEOS subtitulados en español
David Weinberger - Everything is Miscellaneous http://www.infonomia.com/articulo/videos/83
Everything is miscellaneous http://www.infonomia.com/articulo/videos/165



Video- ARTE sous-titre en français - David Weinberger
http://videos.arte.tv/fr/videos/david_weinberger-3335488.html

David Weinberger est affilié au Harvard Berkman Center for Internet & Society et enseigne la culture et les politiques Internet à Harvard. Il est l'auteur de plusieurs
ouvrages dont le "Cluetrain manifesto" (manifeste des évidences avec Rick Levine, Christopher Locke et Doc Searls) et "Everything is Miscellaneous: The Power of
the New Digital Disorder ". Souvent présenté comme un "gourou du marketing", il travaille aussi commme consultant en marketing et a aidé plusieurs jeunes pousses
et entreprises établies à prendre le virage Internet et comprendre l'impact du réseau sur les marchés et les attentes des consommateurs.



D'autres lectures et pistes à découvrir à partir de la recherche es.wordpress our blogs qui parlent de:

- Convergence Culture Henry Jenkins
http://es.wordpress.com/tag/henry-jenkins/

- The Wealth of Networks Yochai Benkler
http://es.wordpress.com/tag/Yochai-Benkler/

- The Long Tail Chris Anderson
http://es.wordpress.com/tag/Chris-Anderson/

- Inteligencia colectiva Pierre Lévy
http://es.wordpress.com/tag/pierre-levy/


- Everything is Miscellaneous David Weinberger
http://es.wordpress.com/tag/David-Weinberger/

- Understanding Media Marshall McLuhan

- La era de la información Manuel Castells
http://es.wordpress.com/tag/manuel-castells/

- Free Culture Lawrence Lessig

Ocho libros fundamentales para entender la sociedad de la información
http://castorexmachina.wordpress.com/2010/06/29/ocho-libros-fundame...
Commentaire de Monica le 18 octobre 2010 à 20:24


Source: Le web n’est pas mort, l’internet ne va pas bien/2 - F.Pisani
http://pisani.blog.lemonde.fr/2010/10/09/le-web-nest-pas-mort-linte...

Extrait:

L’une des ambigüités de la position d’Anderson (annonçant la mort du web comme je l’ai montré hier) est de célébrer l’avènement des applications alors même qu’elles mettent en danger ce qu’il prétend célébrer: l’internet. N’oublions pas le sous titre de son article… “Vive l’internet!”La clé du débat de fond, absente de l’article, se trouve dans un livre fascinant de Jonathan Zittrain: The Future of the Internet and How to Stop It http://futureoftheinternet.org/ . Le cœur de sa thèse peut se résumer ainsi: la dimension simultanément chaotique et ouverte qui a permis le succès de l’internet… pourrait fort bien être la cause de son effondrement. Elle inquiète bon nombre d’usagers alors qu’un nombre croissant d’entreprises promettent la sécurité dans des espaces qu’elles contrôlent.

Zittrain n’hésite pas à qualifier de «contre-révolution» le double danger représenté par les applications, type iTunes, et la centralisation, type Facebook. Il estime qu’elle «pourrait éloigner les utilisateurs communs de l’internet générateur d’innovations et de perturbations et les pousser vers un réseau d’appareils qui comprend certaines des fonctionnalités les plus puissantes de l’internet actuel mais qui, dans une large mesure, limitent sa capacité d’innovation.»

Le concept clé du livre est la notion de «generativity» qu’il définit comme: «la capacité d’un système d’entraîner des changements non anticipés [par ses créateurs] grâce à des contributions non filtrées en provenance d’audiences larges et variées.» Les caractéristiques qui «invitent» à de tels apports sont aussi bien d’ordre social que d’ordre technique. Les relations qui en résultent «reflètent le point auquel les utilisateurs s’identifient comme contributeurs et participants plus que comme consommateurs.»


Le web n’est pas mort, l’internet ne va pas bien/1
http://pisani.blog.lemonde.fr/2010/10/07/le-web-nest-pas-mort-linte...

Extrait:

Rédacteur en chef de la revue Wired, auteur de La Longue Traîne et de Free, Chris Anderson fait partie des gurus tonitruants du web dont il nous annonçait, en septembre 2010, la mort, en toute simplicité: «Le web est mort. Vive l’internet!» http://www.wired.com/magazine/2010/08/ff_webrip/all/1 . Nous sommes tentés de dire que c’est plutôt sa réputation, son capital intellectuel qui sont en danger. Mais jugeons sur pièces.

Le cœur de son argumentation se trouve tout au début de son article quand il écrit: « Une des évolutions les plus notables du monde digital au cours de ces dernières années, a été le déplacement (shift) du web ouvert vers des plateformes semi fermées qui utilisent l’internet pour transporter [les données] mais pas les navigateurs pour les visualiser. Ce changement a été impulsé fondamentalement par l’importance croissante du modèle iPhone d’informatique mobile, […] un monde chaque jour plus volontiers choisi par les consommateurs, non parce qu’ils refusent l’idée du web mais parce ces plateformes fonctionnent ou s’adaptent souvent mieux à leurs besoins (l’écran vient à eux plus qu’ils ne vont à l’écran). Le fait que les plateformes en question permettent aux entreprises de gagner plus facilement de l’argent ne peut que contribuer à renforcer la tendance.»
Commentaire de Ashley le 13 août 2010 à 19:00


Philippe Bouquillion, Jacob Thomas Matthews
Le Web collaboratif : mutations des industries de la culture et de la communication


Le Web 2.0 - ou Web collaboratif - est aujourd'hui présenté comme une évolution culturelle majeure, voire même comme le fondement d'une nouvelle ère politique et sociétale. Dans les versions les plus optimistes, on assisterait à l'émergence d'une nouvelle culture participative, basée sur les interactions libres entre « usagers générateurs de contenus » sur le réseau Internet, et à l'effacement du rôle central occupé jusqu'à présent par les industries de la culture et de la communication.

Face à ces représentations dominantes, l'ouvrage propose une analyse critique du phénomène, à la fois sur le plan socio-économique et en termes de production idéologique. Il interroge tout d'abord la notion même de Web 2.0 et aborde les questionnements que celle-ci soulève chez les spécialistes des industries culturelles. Les auteurs illustrent comment les discours et les dispositifs propres au Web collaboratif s'inscrivent dans le cadre de profondes transformations des rapports entre médias, économie et politique. Cette approche permet de mieux comprendre la place spécifique du Web collaboratif au sein des mutations du capitalisme, dans les industries de la culture et de la communication.


France Culture - Place de la toile
http://www.franceculture.com/emission-place-de-la-toile-le-web-coll...

Le web collaboratif - Invités : Philippe Bouquillion est professeur de sciences de l'information et de la communication à l'université Paris-VIII, chercheur à la Maison des sciences de l'homme à Paris Nord, au CEMTI (Centre d'études sur les médias, les technologies et l'internationalisation) à Paris-VIII et au GRESEC (Groupe de recherche sur les enjeux de la communication) à l'université de Grenoble-III. Jacob ...


Listen!
in AudioBoo - RadioFLE
Commentaire de Crale le 13 juillet 2010 à 20:16


LibraryThing Lernys

Networking: el uso práctico de las redes sociales Montse Calvo Muñoz

Online Social Networking on Campus: Understanding What Matters in Student Culture Ana M. Martínez Alemán

Academic Futures: Inquiries Into Higher Education and Pedagogy iPED Research Network

Social Networks: An Introduction Jeroen Bruggeman

e-Learning and Social Networking Handbook: Resources for Higher Education Robin Mason

Beyond Communities of Practice: Language Power and Social Context (Learning in Doing: Social, Cognitive and Computational Perspectives) David Barton

Communities of Practice: Critical Perspectives Jason Hughes


Source: http://www.librarything.com/profile/lernys
http://www.librarything.com/catalog/lernys
Commentaire de Bea Anoux le 13 juillet 2010 à 14:01


Marin Dacos
Read/Write Book [Texte intégral] http://cleo.revues.org/136
Le livre inscriptible

Le livre électronique est un texte
Le livre est nu. On découvre derrière ses habits tombés que sa nature première est d’être un texte. Un texte dont la lecture, l’écriture, la granularité et la circulation vont devenir plurielles. Il ne faut pas compter sur nous pour crier au loup. Pas plus que pour annoncer une révolution idéale, annonçant des lendemains radieux pour la pensée, l’alphabétisation des masses, la démocratisation de la lecture, le débat d’idées, le transport littéraire. En revanche, on peut compter sur nous pour faire l’économie des postures… morale, passéiste ou futuriste. Car il faut comprendre ce que devient le texte lorsqu’il s’inscrit dans un univers numérique complexe. On retiendra notamment la formule fulgurante d’Hubert Guillaud selon lequel le livre, désormais, est lisible et inscriptible, c’est le Read/Write Book. De Bob Stein, on retiendra que le livre « is a place » : le livre est un lieu, lieu de parcours, parcouru, parcourant. Et, pour finir, que le livre résiste avec vitalité, puisqu’à force de dire que le livre est un texte, on continue à parler de lui comme d’un livre, au moment où sa dématérialisation frappe les esprits. Immatériel, vraiment, le livre électronique ?

Alain Pierrot et Jean Sarzana
Réflexion autour du livre et de l’œuvre numérique [Texte intégral]
Le livre en tant qu’œuvre • Le livre imprimé • Le livre numérique
Hubert Guillaud
Le papier contre l’électronique [Texte intégral]
Nouveau support, nouvelle culture • Lequel nous rend plus intelligent ? • Vers de nouvelles manières de lire • Qu’est-ce que lire ?
Hubert Guillaud
Qu’est-ce qu’un livre à l’heure du numérique ? [Texte intégral]
Qu’est-ce qu’un livre ? • Tout change • Autant de formes de lecture, autant de supports • Le livre électronique, nouveau continent documentaire • De l’intelligence des données • Brouillage des questions d’accès • L’économie de l’attention • Brouillage des modèles économiques : l’éclatement du modèle unitaire • Brouillage des contenus ? Tout est livre, le web comme livre • Du livre personnalisable au livre service • Des services aux nouvelles interactions • Nouvelles interactions entre le livre et les lecteurs : le livre social • La lecture en réseau • Le livre dans l’écosystème des livres • L’analyse documentaire du contenu • La mémorisation des lectures • Conclusion
Bob Stein
A Unified Field Theory of Publishing in the Networked Era [Texte intégral]
Preface • So… • Key questions a unified field theory has to answer: • So how exactly did I get here? • (An anecdotal report regarding reading in the networked era) • Continuing… • Other thoughts/questions
Nova Spivack
Bienvenue dans le flux : un nouvel âge pour le web [Texte intégral]
Histoire du web • Définir le Flux • L’esprit global • Le « maintenant » est devenu plus bref • Comment allons-nous nous accommoder du Flux ? • Un Flux de défis et d’opportunités
Monopolivre
La bataille est lancée, et elle prend des allures de plus en plus industrielles. Alors que la concentration du secteur de l’édition paraît ne pas se démentir, l’essentiel semble désormais ailleurs. Les fabricants de machines, de logiciels et de services se sont rués dans l’industrie de la culture numérique, cherchant à y prendre une place de choix. Si possible, avec monopole à tous les étages, formats propriétaires, goulets d’étranglement incontournables avec péages et octrois, police de la pensée, création artificielle de rareté, vente donnant droit à des usages restrictifs et provisoires, privatisation du patrimoine culturel de l’humanité. Le livre n’est qu’un secteur de la grande bataille engagée, à laquelle il pensait pouvoir échapper. Désormais, le terrain de jeu touche l’ensemble de la culture, et même un peu au-delà.

Le monopolivre n’est pas une fatalité. Nombreux sont ceux qui cherchent à penser un nouveau monde, dans lequel circulerait harmonieusement la culture tout en permettant aux créateurs de vivre. C’est tout l’enjeu de la contribution créative et des règles qui la réguleront. La captation de cette nouvelle manne attise l’appétit de puissants lobbies, ceux-là même qui la refusent aujourd’hui. Mais la licence globale, même intelligemment mise au point, ne suffira sans doute pas. Il faudrait également que les détenteurs de la tradition du livre renoncent à la triple tentation du repli tétanisé, de la naïveté historique et de l’inertie épuisée, dans un monde où les entreprises pharaoniques visant à investir des places fortes se lancent à la vitesse du galop d’un cheval…

Pendant ce temps, le législateur criminalise des millions de Français téléchargeurs et focalise l’attention sur une vraie-fausse répression des auditeurs et des lecteurs. Ce faisant, il rallie à sa cause une partie significative des artistes dits de gauche, avec Juliette Gréco, Maxime Le Forestier, Pierre Arditi et Michel Piccoli à leur tête. Lorsque le barrage rompt, arrêter le déluge à mains nues relève de la démagogie ou d’une totale incompréhension des mouvements tectoniques en cours. Détourner à ce point l’attention des citoyens revient à défendre les moines copistes face à Gutenberg, ce criminel, en oubliant que l’imprimerie n’a pas seulement permis une fabuleuse progression de la culture, de la pensée et de la vie en société… elle a aussi créé de la richesse et des emplois ! Et si nous accompagnions le changement, pour forger le futur de la culture, pour inventer l’avenir de la lecture et gagner ensemble la bataille de l’intelligence ?

Joël Faucilhon
Portrait du pirate en conservateur de bibliothèque [Texte intégral]
Les réseaux peer to peer • Les livres sur les réseaux peer to peer • Le goût de la « collection » chez les pirates • Différentes générations de « pirates » • DRM mon amour… • Légiférer sur les réseaux peer to peer ? • En réalité, la fragilité du numérique est extrême, pour deux raisons principales • Numériser N’EST PAS conserver
Milad Doueihi
Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de résistance [Texte intégral]
Le livre, paradis perdu du numérique ? • La crise « culturelle » du livre imprimé • PDF, CSS, XGPT… : la question symbolique des formats • Une nouvelle fracture numérique : le livre au futur antérieur ? • Sociabilité numérique : authonomy
Philippe Aigrain
La contribution créative : le nécessaire, le comment et ce qu’il faut faire d’autre [Texte intégral]
Buts partagés des différentes propositions de financement mutualisé associé aux échanges pair à pair • Les choix qu’il importe de débattre • La contribution créative et les autres mécanismes visant les mêmes buts ne résolvent pas tout à eux seuls
Robert Darnton
La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google [Texte intégral]
Un seul ordinateur pour les usagers • Invulnérable à toute forme de concurrence
Tim O’Reilly
Concurrence sur le marché du livre [Texte intégral]
Résumé des principes (P) et des recommandations (R)
Andrew Savikas
Amazon Ups the Ante on Platform Lock-in [Texte intégral]
More coverage from around the web:
Fabrice Epelboin
Données et métadonnées : transfert de valeur au cœur de la stratégie des médias [Texte intégral]
Édition électronique scientifique
Les scientifiques ont, pour l’essentiel, forgé le réseau tel qu’il existe, avec son principe de neutralité, ses standards ouverts (RFC), son absence de centre, antithèse du verticalissime Minitel. Ils ont inventé les licences libres et promu la circulation des idées. Inventif, le monde académique est également très conservateur. Parcouru de tensions contradictoires, l’académie cherche à conforter des procédures et une tradition éditoriale anciennes, tout en tâtonnant à la recherche de nouvelles façons d’administrer la preuve et de créer un bouillonnement intellectuel propre à la découverte.

Janet Stemwedel
The Saga of the Journal Comment [Texte intégral]
Pierre Mounier
L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? [Texte intégral]
Qu’est-ce que l’édition ? • La dimension économique d’abord • Quelles sont donc les conséquences pour le secteur qui nous occupe ? • Les relations entre l’édition électronique et le fonctionnement du champ scientifique • L’édition électronique et l’inscription sociale de la recherche scientifique • Conclusion
Antoine Blanchard
Ce que le blog apporte à la recherche [Texte intégral]
André Gunthert
Why Blog ? [Texte intégral]
Du « nous » au « je » • Deadline is dead • Le séminaire permanent • Culture de l’expérience • Qui lit les Annales ? • Une science aimable
Conclusion
Pierre Mounier
Le livre et les trois dimensions du cyberespace [Texte intégral]
Transformations du travail éditorial • Le livre-réseau • Discours, programme, réseau • Deux exemples • Le retour du Cyberespace • Menace sur la culture ?

Source http://blog.homo-numericus.net/readwrite-book-le-livre-inscriptible
Commentaire de Bea Anoux le 13 juillet 2010 à 13:57


Les maîtres du réseau
Les enjeux politiques d'Internet
Pierre MOUNIER


Qui dirige Internet ? La question, accessoire il y a encore quelques années, prend aujourd’hui une dimension nouvelle. Au départ réseau de communication à usage militaire, puis utilisé par les scientifiques, Internet s’est depuis largement ouvert au grand public, suscitant des conflits d’intérêt croissants entre des acteurs toujours plus puissants. Dans ce livre original et documenté, Pierre Mounier montre que la jeune histoire du cyberespace ressemble à celle de la fondation d’une nouvelle nation : après le temps du partage, des pères fondateurs, vient celui de l’argent, des puissants et de la législation. L’égalité au sein d’une petite élite d’accord sur l’essentiel laisse progressivement la place à une foire d’empoigne : pionniers, marchands et « netizens » (citoyens) investissent l’arène où ils combattent avec leurs propres armes. En moins de dix ans, le cyberespace est devenu moderne : il est entré dans l’ère du pouvoir. Mais ce pouvoir n’est jamais absolu : diffus et insaisissable, il circule dans divers organismes techniques – ICANN, IETF, W3C – inconnus du grand public. Il faut le débusquer derrière des choix technologiques, des rapprochements anodins, des déclarations obscures qui convergent vers un même objectif : la domination d’un réseau conçu, à l’origine, pour être incontrôlable. Qui dirige Internet ? La réponse, affirme Pierre Mounier, n’est pas seulement institutionnelle, technique ou économique, elle est tout cela à la fois. Elle est, fondamentalement, politique.

Source: http://blog.homo-numericus.net/les-maitres-du-reseau

 

Badge

Chargement en cours…

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2017   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation