Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Manuel Castells et Internet: Conférences et entretiens

Vues : 1063

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Adel le 5 avril 2011 à 11:33

El mayor trabajo sistemático que existe en sociología para comprender los actuales cambios que han producido las tecnologías de la información en la sociedad sin duda es la famosa trilogía La era de la información, escrita hace 14 años por Manuel Castells y la cual, sin exageración, el Barón Giddens compara con Economía y Sociedad de Max Weber.

La era de la información. El poder de la identidad, (mirrow 2) el segundo volumen de la trilogía, examina diversos movimientos y políticas sociales (el zapatismo en México, movimientos feministas y ecologistas) resultantes de la globalización e inducidos por el poder de la identidad, la tecnología y las instituciones del estado.

Source:  http://sociologiac.net/2010/08/08/descarga-del-dia-la-era-de-la-inf...

 

 

Commentaire de Bea Anoux le 28 juin 2008 à 18:59

Conférence Manuel Castells - TELUQ Internet Archive

Transformations proprement technologiques des universités
Les TIC, portées par les étudiants utilisateurs, ont un déjà un effet sur le fonctionnement des universités, même si ces dernières tendent à les ignorer au premier abord. Castells dit avoir plus d'interactions avec ses étudiants via le net qu'en présence. Les universités normales sont hybrides, car les TIC sont utilisées, mais de manière non organisée. Pas de méthode ou de système unifié sur la manière d'intégrer Internet dans les salles de cours. Ça se fait, mais sans planification, sans utiliser les ressources. Le corps enseignant est en retard par rapport a ça. Les professeurs sont loin derrière les étudiants dans leur appropriation des TIC, surtout au niveau de la recherche d'information.

Conférence de Manuel Castells (2006) - TELUQ
  AudioVideo Blog FLE  - Canal Blog

 

 

 Recherche M.Castells - Filestube

http://www.filestube.com/m/manuel+castells

Commentaire de José Mª Campo le 26 juin 2008 à 14:58

Entretien avec Manuel Castells: "Vouloir contrôler Internet est illusoire" - L'Express
http://www.lexpress.fr/culture/livre/vouloir-controler-internet-est...

 Q. On dit souvent qu'Internet crée de nouveaux types de liens sociaux, plus fermés, plus désincarnés?
R. Certes, Internet ne permet pas de bâtir des liens forts - une vraie amitié, par exemple - mais il contribue à maintenir les liens faibles. D'habitude, même si vous n'avez pas le temps de voir vos parents ou vos amis intimes, vous ne les oubliez pas. En revanche, si cela vous demande un trop gros effort de communiquer physiquement ou par téléphone avec quelqu'un que vous ne connaissez que superficiellement, vous laissez tomber. Avec Internet, on maintient ces liens faibles: un e-mail, c'est beaucoup plus simple qu'un coup de téléphone. Non, Internet ne contribue pas à l'isolement. Au contraire!

Q. Alors, Internet, c'est la liberté?
R. Absolument. Car Internet, imprégné de la culture libertaire des campus scientifiques américains, a été conçu et développé avec cet objectif. Ce n'est pas pour rien que la France a préféré tout d'abord le Minitel, un système vertical bureaucratique. 

------

L'ère des réseaux. Entretien avec Manuel Castells
http://www.scienceshumaines.com/l-ere-des-reseaux-entretien-avec-ma...

 

Q. Vous semblez osciller dans La Société en réseaux entre une insistance sur le caractère décisif des technologies de l'information dans la structuration de la nouvelle société et un refus parallèle du pur déterminisme technologique. A travers votre analyse de diverses sphères sociales, ne succombez-vous pas tout de même un peu à cette tentation du déterminisme ?

R. Je ne le crois pas. A moins de considérer comme déterminisme le fait de dire qu'une transformation technologique, comme base matérielle de notre société, est un facteur fondamental. Pour moi, on est déterministe quand les effets de la technologie sont considérés de façon univoque et quand la technologie est source primaire de causalité.
Ce n'est pas le cas dans mes analyses. Mais je montre aussi que: a) les technologies de base micro-électronique (et plus tard génétique) sont la condition nécessaire, quoique non suffisante, pour le développement de la nouvelle société ; b) elles ont un effet propre, autonome, qui ne dépend pas uniquement des rapports sociaux ; c) ces technologies ont été produites par l'interaction entre la dynamique scientifique, les applications militaires et commerciales et la culture des innovateurs. Sans la culture libertaire des années 60 et 70, les ordinateurs et Internet auraient eu des applications tout à fait différentes.


Q. Le lieu central du conflit social n'est assurément plus l'opposition du capital et du travail. Vous insistez sur la dimension profondément culturelle des conflits dans la société en réseaux...

 R. La société en réseaux est fondée sur le contrôle, la manipulation et l'utilisation de l'information et de la connaissance. Le contrôle le plus puissant concerne l'attribution de sens à partir de la production des codes culturels dominants. Les réseaux sont neutres : ils mettent en oeuvre très efficacement leurs programmes, rien de personnel. Donc, si la valeur dominante est l'accroissement de la valeur financière marchande (ce qui est le cas actuellement), ce sera la valeur dominante en dernière instance.

© 2019   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation