Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Vues : 4171

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Crale le 19 novembre 2010 à 19:59
Houellebecq et Keith Richards rejoints par Michel Drucker L'EXPRESS
http://www.lexpress.fr/culture/livre/houellebecq-et-keith-richards-...

Extraits:

Les éditeurs récoltent les fruits des prix littéraires sous l'oeil bleu et impassible de Jean d'Ormesson. Côté documents, Michel Drucker se rapproche du peloton de tête : un ambassadeur, un Rolling Stones et une prisonnière aux cheveux d'or.


Le Goncourt écrase les prix : les autres, bien sûr. Michel Houellebecq, l'heureux élu de la cuvée 2010 pour La Carte et le territoire (Flammarion), a dépassé les 250.000 exemplaires. Depuis l'annonce du prix, lundi 8 novembre, 50.000 exemplaires de son roman ont été vendus, soit une haute des ventes de 684% d'une semaine sur l'autre et, pour les seuls supermarchés alimentaires, de 1192% !

Michel Houellebecq, actuellement en Grèce avec Bernard-Henri Lévy pour une série de conférences, peut se frotter les mains et espérer toujours plus : un bon Goncourt atteint les 400.000 exemplaires. A l'étranger, les droits ont déjà été vendus dans 30 pays.


Palmarès des romans

Rang Titre Auteur Editeur Préc Nb / sem
01 La Carte et le territoire Michel Houellebecq Flammarion 5 11
02 Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants Mathias Enard Actes Sud 16 13
03 Purge Sofi Oksanen Stock 2 12
04 La Vie est brève et le désir sans fin Patrick Lapeyre P.O.L. 1 6
05 Apocalypse bébé Virginie Despentes Grasset - 9
06 Sukkwan Island David Vann Gallmeister 10 25
07 C'est une chose étrange à la fin que le monde Jean d'Ormesson Robert Laffont 7 13
08 L'Homme inquiet Henning Mankell Seuil 3 4
09 Naissance d'un pont Maylis de Kerangal Verticales 6 3
10 La Chute des géants (t.I). Le Siècle Ken Follett Robert Laffont 8 7

VIDEO: Quand Eric Naulleau assassine Michel Houellebecq


Quand Eric Naulleau assassine Michel Houellebecq
Cargado por TELEOBS. - Mira más vídeos divertidos.
Livres-Goncourt 2010 : Houellebecq – Naulleau : 1– 0
http://www.lepost.fr/article/2010/11/17/2307629_livres-goncourt-201...

Extraits:

l y a près d’une semaine, Michel Houellebecq recevait le Prix Goncourt 2010 pour « La carte et le territoire » (Flammarion). Seules quelques rares voix discordantes ont tenté – en vain – de perturber l’unanimité autour de l’auteur sulfureux. Le premier des Kamikazes : Eric Naulleau.

Eric Naulleau était parti très tôt. Il avait sûrement médité la fable «Le lièvre et la tortue». Dès les premiers jours de septembre, celui qui présente dorénavant « Ca balance à Paris » avait commencé son entreprise de sape à la télévision. Acide et mordant, l’acolyte d’Eric Zemmour tous les samedis soirs sur France 2, avait mis tout son talent pour déconstruire ledit ouvrage et flinguer la belle unanimité des critiques. Car Houellebecq n’a récolté cette rentrée que des lauriers. Dans le Figaro, Dominique Riou écrit : «On y retrouve tout ce qui a fait son succès ». Dans Libération, on salue « l’écrivain que le monde entier nous envie ». Dans les Inrocks, la journaliste qui dissimule mal son immense admiration derrière son petit stylo ose y voir un : « Roman total, bilan de l’état du monde et autoportrait, labyrinthe métaphysique sidérant de maîtrise ». N’en jetez plus. Autant de fleurs qu’Eric Naulleau auraient bien arrachées pour fleurir le tombeau littéraire du Michel Houellebecq. Cinq ans après « Au secours, Houellebecq revient », Naulleau enfonce le clou.
Commentaire de Sylvie le 12 novembre 2010 à 11:47
Michel Houellebecq, écrivain - Vidéo France 24
Michel Houellebecq, qui vient d’être sacré par le Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires, s’entretient avec Augustin Trapenard - L'ENTRETIEN - Par Augustin TRAPENARD
http://www.france24.com/fr/20101110--entretien-michel-houellebecq-e...



War of the Words
In a newly published exchange of letters, Goncourt-winning novelist Michel Houellebecq and philosopher Bernard-Henri Lévy prod, parry, and spar
Source: http://www.jidaily.com/utY/t
Extraits:
When matter collides with antimatter, you get an explosion. When France’s most prominent moralist collides with its most prominent anti-moralist, you get Public Enemies, a collection of 28 letters written between January and July 2008 by the philosopher Bernard-Henri Lévy and the novelist Michel Houellebecq, announced yesterday as this year’s winner of the Prix Goncourt, France’s top literary prize. The book began with a serendipitous encounter in a hotel that turned into a conversation about the death of intellectual life and then into an extended correspondence. It was a major bestseller in France, where the two men are widely admired and reviled—Houellebecq for novels that are viewed by his critics as amoral, nihilistic, racist, and pornographic; Lévy for his insistent, some would say hectoring, public stands against injustice around the world, and in particular for his defenses of Israel and the United States in a country in which anti-Zionism and anti-Americanism seem to be part of the standard equipment of the intellectual.

But such disclosures are mere prelude. The fireworks—the core of the book—arrive with the ninth letter and Houellebecq’s almost casual remark (assuming anything he says can be taken as casual) about modern Russia. He has recently been to Moscow, where the music of the early Beatles—“Love Me Do,” “Ticket to Ride”—has been discovered and enthusiastically adopted. Life may be hard for the Russians, Houellebecq says, “but they live, they are filled with a desire to live that we have lost. And I wished I were young and Russian.” This comment is a red flag waved in the face of the human-rights campaigner Lévy, who, in high dudgeon, reminds Houellebecq that Putin’s Russia is brutally repressing the Chechens. It’s a country that assassinates its dissident journalists, revives an anti-Semitism that is never far beneath the surface and “has the nerve to explain to the world that it has nothing to do with democracy and human rights.” This Russia, he says, “fills me with horror.”
Near the end of the book, Houellebecq tells Lévy, “our letters have become one of my few joys.” Lévy says something similar. So, what do these two men who have “nothing in common” finally have in common—besides celebrity, paranoia, and a legacy of independence inherited from their fathers? Lévy lists a few items, including “a joyous love of reading” and “pessimism without rancor.” But he also mentions “the animosity they inspire,” and that seems to be the key. The book is appropriately titled Public Enemies. Each man stands outside of society, prodding, poking, hounding his countrymen to lift themselves out of the unreflective routines of their daily lives. What Lévy asks of his fellow men is easy to understand, even if it’s not easy to attain: a commitment to justice, at all times, in all places. Houellebecq demands something that is less easily defined: an awareness of existence that is authentic and honest even if it is ugly. “I hold a mirror up to the world,” he says, “but the world does not find its reflection beautiful.”

height=200 width=300

Commentaire de Zhying le 11 novembre 2010 à 21:08



Bonjour les filles !!!

Quelques passages des interviews récentes de M. Houellebecq

et le compte Twitter HouellebecqBot http://twitter.com/HouellebecqBot
bien chargé d'actualités


ENTREVISTA: MICHEL HOUELLEBECQ - EL PAIS
"Lo que escribo es peligroso. Si la sociedad quiere mantenerse viva, que se apañe"
Extrait:
P. ¿Por qué cree usted que su obra crea un debate tan polarizado?
R. Yo diría que depende de la edad que uno tenga. La gente de mi generación suele tomarlo a mal, mientras que, globalmente, le gusta a los treintañeros.
P. Leyendo a sus detractores, uno se encuentra un poco la misma melodía, "cuidado, es peligroso lo que escribe este".
R. Es verdad que lo que escribo es peligroso, lo confirmo. Nos ponemos a dudar de todo, de lo que nos rodea. Puedes dejar a tu mujer, tu trabajo, puede darse cierta desazón, claro. Pero tampoco incito al suicidio.
P. ¿Por qué lo hace usted, si cree que es peligroso?
R. Porque pienso que lo que digo es verdad, que no estoy aquí para ayudar a mantener viva la sociedad.


----------------

Interviews - Michel Houellebecq, The Art of Fiction No. 206
http://www.theparisreview.org/interviews/6040/the-art-of-fiction-no...

Extrait:

INTERVIEWER

What was your fascination with the tourism industry?

HOUELLEBECQ

I find it an absolute pleasure to read travel guides, especially the Michelin guides, and their description of places I know I’ll probably never visit. I spend a large part of my life reading descriptions of restaurants. I like the vocabulary they use. I like the way they present the world. I love the descriptions of happiness and discovery. And then there are some basic questions I started to ask myself. China in seven days, for instance. How do they choose the different stages? How do they turn the real world into a pleasant, consumable world?

INTERVIEWER

Tell us about Pattaya, Thailand, where the sex tours take place.

HOUELLEBECQ

I was completely fascinated by Pattaya, where the book’s ending takes place. Everyone goes there. The Anglo-Saxons go there. The Chinese go there. The Japanese go there. The Arabs go there, too. That was the strangest part. It was something I read in a guidebook that made me make the trip to Thailand. They said that in one hotel in Bangkok, the Thai prostitutes wore veils to please their Arab clients. I found that fascinating, that adaptability. There are lots of French Algerians from the projects who go to Pattaya for the whores. So the Thai girls speak French but with a ghetto accent. “Ouais, j’tassure! Ouais, ta mère!”

There are karaoke bars for the Japanese, restaurants for Russians with lots of vodka. And there’s a poignant side to it, too, something end-of-the-road about all these people, especially the old Anglo-Saxons. You sense they’ll never be able to leave. And there’s the dust, in the afternoon, when the go-go bars are still closed. There’s something very poignant about that moment when the girls start arriving on their scooters and you see the old Anglo-Saxon tourists start to come out like turtles walking in the dust. There is something very, very strange about that town.
Commentaire de Adel le 11 novembre 2010 à 14:56


Bonjour Sylvie,

Je vous passe le lien vers la version audio ou livre audio
du roman Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq

Première Partie: http://www.tudou.com/programs/view/MZT1wogX8oE/

Je me demande qui a fait cette lecture et s'il s'agit d'un audiolivre commercial,
car elle est d'une excellente qualité.

4ème de couverture:
"Vendredi soir, j'étais invité à une soirée chez un collègue de travail. On était une bonne trentaine, rien que des cadres moyens âgés de vingt-cinq à quarante ans. A un moment donné, il y a une connasse qui a commencé à se déshabiller. Elle a ôté son T-shirt, puis son soutien-gorge, puis sa jupe, tout ça en faisant des mines incroyables. Elle a encore tournoyé en petite culotte pendant quelques secondes, et puis elle a commencé à se resaper ne voyant plus quoi faire d'autre. D'ailleurs c'est une fille qui ne couche avec personne. Ce qui souligne bien l'absurdité de son comportement. " Ainsi débute l'odyssée désenchantée d'un informaticien entre deux âges, peu convaincu de l'intérêt de son métier, jouant toutefois son rôle en observant les mouvements humains et les banalités qui s'échangent autour des machines à café. L'installation d'un progiciel en province lui permettra d'étendre le champ de ses observations, d'anéantir les dernières illusions d'un collègue - obsédé malchanceux - et d'élaborer une théorie complète du libéralisme, qu'il soit économique ou sexuel.
Commentaire de Sylvie le 11 novembre 2010 à 14:07


Quatrième de couverture
Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël.Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession.Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police.Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures.

Source: http://leblogdesbouquins.blogspot.com/2010/10/la-carte-et-le-territ...


Les premières pages de La carte et le territoire de Michel Houellebecq

Jeff Koons venait de se lever de son siège, les bras lancés en avant dans un élan d'enthousiasme. Assis en face de lui sur un canapé de cuir blanc partiellement recouvert de soieries, un peu tassé sur lui-même, Damien Hirst semblait sur le point d'émettre une objection ; son visage était rougeaud, morose. Tous deux étaient vêtus d'un costume noir - celui de Koons, à fines rayures - d'une chemise blanche et d'une cravate noire. Entre les deux hommes, sur la table basse, était posée une corbeille de fruits confits à laquelle ni l'un ni l'autre ne prêtait aucune attention ; Hirst buvait une Budweiser Light.

Derrière eux, une baie vitrée ouvrait sur un paysage d'immeubles élevés qui formaient un enchevêtrement babylonien de polygones gigantesques, jusqu'aux confins de l'horizon ; la nuit était lumineuse, l'air d'une limpidité absolue. On aurait pu se trouver au Qatar, ou à Dubai ; la décoration de la chambre était en réalité inspirée par une photographie publicitaire, tirée d'une publication de luxe allemande, de l'hôtel Emirates d'Abu Dhabi.

Le front de Jeff Koons était légèrement luisant; Jed l'estompa à la brosse, se recula de trois pas. Il y avait décidément un problème avec Koons. Hirst était au fond facile à saisir : on pouvait le faire brutal, cynique, genre « je chie sur vous du haut de mon fric » ; on pouvait aussi le faire artiste révolté (mais quand même riche) poursuivant un travail angoissé sur la mort ; il y avait enfin dans son visage quelque chose de sanguin et de lourd, typiquement anglais, qui le rapprochait d'un fan de base d'Arsenal. En somme il y avait différents aspects, mais que l'on pouvait combiner dans le portrait cohérent, représentable, d'un artiste britannique typique de sa génération. Alors que Koons semblait porter en lui quelque chose de double, comme une contradiction insurmontable entre la rouerie ordinaire du technico-commercial et l'exaltation de l'ascète. Cela faisait déjà trois semaines que Jed retouchait l'expression de Koons se levant de son siège, les bras lancés en avant dans un élan d'enthousiasme comme s'il tentait de convaincre Hirst ; c'était aussi difficile que de peindre un pornographe mormon.

Il avait des photographies de Koons seul, en compagnie de Roman Abramovitch, Madonna, Barack Obama, Bono, Warren Buffett, Bill Gates... Aucune ne parvenait à exprimer quoi que ce soit de la personnalité de Koons, à dépasser cette apparence de vendeur de décapotables Chevrolet qu'il avait choisi d'arborer face au monde, c'était exaspérant, depuis longtemps d'ailleurs les photographes exaspéraient Jed, en particulier les grands photographes, avec leur prétention de révéler dans leurs clichés la vérité de leurs modèles ; ils ne révélaient rien du tout, ils se contentaient de se placer devant vous et de déclencher le moteur de leur appareil pour prendre des centaines de clichés au petit bonheur en poussant des gloussements, et plus tard ils choisissaient les moins mauvais de la série, voilà comment ils procédaient, sans exception, tous ces soi-disant grands photographes, Jed en connaissait quelques-uns personnellement et n'avait pour eux que mépris, il les considérait tous autant qu'ils étaient comme à peu près aussi créatifs qu'un Photomaton.
Dans la cuisine, quelques pas derrière lui, le chauffe-eau émit une succession de claquements secs. Il se figea, tétanisé. On était déjà le 15 décembre.


Source http://www.lexpress.fr/culture/livre/les-premieres-pages-de-la-cart...



A lire aussi sur ce site : Michel Houellebecq
* Chronique - Houellebecq Goncourt: enfin, ou hélas?
* Actualité - La petite histoire de Houellebecq et des prix
* Analyse - Houellebecq superstar mondiale
* Analyse - Houellebecq, un sociologue prix Goncourt
* Sur le Web - 2h18mn de Houellebecq sur le web
* Chronique - Ce Qu'il Faut Lire: "La carte et le territoire", de Michel Houellebecq
* Brève - Michel Houellebecq, accusé de plagiat, répond littérature
* Actualité - Michel Houellebecq a-t-il "plagié" Wikipédia?
* Critique - Houellebecq aseptisé (L'Express)
* Chronique - Beigbeder sur Houellebecq: "Pardonnez-moi d'oser écrire ceci d'un ami"
* Brève - Michel Houellebecq avancé à... aujourd'hui!
* Chronique - Une rentrée littéraire littéraire
* Actualité - Ben Jelloun flingue Houellebecq
* Portrait - 1990 - Quand Michel Houellebecq réparait des ordis
* Actualité - Les romans les plus attendus de la rentrée 2010
* Brève - Le nouvel Houellebecq sera social
* Critique - Interventions 2 (L'Express)
* Extrait - Interventions 2
* Actualité - Ecrivains - Qui hait qui ?
* Critique - Ennemis publics (Lire)
* Critique - Ennemis publics (L'Express)
* Extrait - Ennemis publics
* Actualité - 1998: Les particules élémentaires par Michel Houellebecq
* Actualité - Palmarès des meilleures ventes
* Critique - La Possibilité d'une île (L'Express)
* Critique - La Possibilité d'une île (L'Express)
* Chronique - La possibilité du nul
* Actualité - Le mystère Houellebecq
* Actualité - Acte II : l'ère du recyclage
* Interview - Acte III : «Houellebecq a tout programmé depuis le premier jour»
* Critique - Plateforme (Lire)
* Chronique - Un drôle d'entretien
* Interview - Michel Houellebecq
* Critique - Ce que je crois (L'Express)
* Critique - Lanzarote (L'Express)
* Critique - Extension du domaine de la lutte (Lire)
* Critique - Rester vivant et autres textes (Lire)
* Interview - Michel Houellebecq
* Critique - Extension du domaine de la lutte (L'Express)
Commentaire de Zoé Brustel le 10 novembre 2010 à 14:19


Grand entretien - Ring
le magazine des jeunes gens modernes

http://www.dailymotion.com/video/xept62_entretien-de-michel-houelle...


LE TRIOMPHE D’UN POETE

Au théâtre de l’Odéon, Flammarion fête son héros. On dirait qu’on rejoue l’occupation de 68. Personne ne tire la tronche. D’habitude, on s’occupe surtout des coupes de champ' et des petits fours. J’ai envie de prendre Houellebecq à part, dans une soudaine bulle temporelle et de lui souffler: «Michel, ils se plantent tous. On a couronné un poète, pas un sociologue.»
Dans la dédicace qu'il me fit pour Renaissance (Flammarion, 1999), il était plein d’espoir: «On va essayer de cartonner avec des poèmes, c’est le fun total.»
Oui, c’est le fun mais qui s’en soucie? Il y eut Iggy Pop, Arrabal, Burgalat, le patron de Tricatel, Carla Bruni (à qui je signalais un des beaux poèmes de La possibilité d’une île), Dominique Noguez dont il faut lire Houellebecq, en fait (Fayard, 2004), Marin de Viry (voir l’entretien avec Houellebecq sur Ring).

LE «BAUDELAIRE DES SUPERMARCHES»

Je me suis tué à le répéter: «Il y a un poète, un vrai, chez cet homme-là.» Preuves à l’appui: sa préface à L’Odeur des jacynthes de Remy de Gourmont (La Différence,1991) où il définit un art poétique proche du sien; l’ouverture de son essai sur Lovecraft (Le Rocher,1991): «La vie est douloureuse et décevante. Inutile, par conséquent, d’écrire de nouveaux romans réalistes.»

Vu? Alors je me contenterai de citer quelques vers qui m’enchantent encore et firent chier les «vrais» poètes dont j’ai oublié jusqu’aux noms.

«J’aime les hôpitaux, asiles de souffrance
Où les vieux oubliés se transforment en organes
Sous les regards moqueurs et pleins d’indifférence
Des internes qui se grattent en mangeant des bananes.»

La poursuite du bonheur (Flammarion, 1997)

Et pour finir, ce qui annonce et résume tout, la conclusion de la préface à Gourmont: «Etre complexe et amoureux de la simplicité: c’est un mélange idéal, pour un poète.»

BONUS
Outre l’étude de Noguez, il ne faut pas manquer l’essai d’un jeune philosophe ringuien, Aurélien Bellanger. Dans Houellebecq écrivain romantique (Editions Léo Scheer), il le situe entre Baudelaire et Novalis. De la «charogne» de l’un ou paradis entrevu par l’autre, c’est toute l’œuvre qu’il remet à sa vraie place.


Source: Ring
http://www.surlering.com/article/article.php/article/houellebecq-pa...
Commentaire de Ashley le 10 novembre 2010 à 13:39


Michel Houellebecq
PERMIS DE PENSER
- 5 émissions VIDEO - ARTE
Une émission proposée et animée par Laure Adler
Co-production : ARTE France & MK2 TV - 2005 - 58 mn
Réalisation : Sylvain Bergère

Michel Houellebecq
Enregistré à Paris le 1er septembre 2005
(Permis de Penser © MK2 TV & Arte France, 2005)

Extrait 1 : A propos de Balzac...
Haut-débit
Real Player - 2mn42

Extrait 2 : internet
Haut-débit
Real Player - 1mn18

Extrait 3 : Lovecraft
Haut-débit
Real Player - 2mn10

Extrait 4 : Le racisme
Haut-débit
Real Player - 2mn47

Extrait 5 : Le misanthrope
Haut-débit
Real Player - 3mn39

Source: Arte
http://www.arte.tv/fr/content/tv/02__Communities/C2-arts_20and_20mu...

Badge

Chargement en cours…

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2017   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation