Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Colloque MoocXXI  -  ENS de Lyon
http://collabeductice.ens-lyon.fr/manifestations/MOOC/

Archives de la journée du 25 novembre :
- Intervention de Sir John Daniel https://docs.google.com/document/d/1tB_OS5qPyJXZxuNlFygZ-bREtKSesrf...
- Intervention de R. Hotte https://docs.google.com/document/d/1NScXnvuesLGMPXLXeGUKE8MQYbpFg19...
- Intervention de A. Bates https://docs.google.com/document/d/1qBj1XCVDjwdn8GAGnRGz6Rt0u3ghqnj...
- Intervention de Annick Suzor Weiner https://docs.google.com/document/d/1itgC6fyOyo_MkQxsWRjbiXtktbBZfCK...
Archives de la journée du 26 novembre :
- intervention de S. Downes https://docs.google.com/document/d/11z1qVOzfUuUSVBEzIzZLrhLLvRWIWOo...
- Intervention de D. Gillet https://docs.google.com/document/d/1bYHUWSeFg6iQzCXdcpk_qsA0mB_QWeO...
- Intervention de Philippe Gillet https://docs.google.com/document/d/1WE_absdUGleZHX_uux0lNXxGq2n30q-...
- Intervention Alain Mille Université Claude Bernard Lyon 1 sa présentation http://prezi.com/owhcvtpwsu5q/moocs-new-research-questions-and-method/
- Intervention Eric Bruillard https://docs.google.com/document/d/1A5-mr6D3M3B0WH7cEgREDERRhdctVLq...
- Intervention de Marcel Lebrun https://docs.google.com/document/d/1eL3JX681xAMmlhXKiBaPRyn0-mcoXnC...
Table-ronde : Les MOOCs: quels changements pour les universités et autres

Vues : 849

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Zoé Brustel le 20 janvier 2015 à 20:48

Langues en ligne: les nouvelles voies de l’apprentissage

http://www.franceculture.fr/emission-tout-un-monde-langues-en-ligne...

 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

 

CLIQUEZ POUR ÉCOUTER

Ecoutez l'émission 29 minutes

Emission diffusée à l’occasion du salon « Expolangues » 2014

 Apprentissage mobile, technologies éducatives, MOOCs, tutorat en ligne, crowdsourcing...

Comment apprendrons-nous  les langues demain ? 

Comment les acteurs de l'apprentissage des langues (enseignants, éditeurs, organisateurs de séjours linguistiques) appréhendent-ils les menaces et les opportunités qu'offre la révolution en cours ?

Avec  :

Matthieu Cisel, docteur en sciences de l’éducation, spécialiste des MOOCs (cours en ligne, gratuits et ouverts à tous), et les participants d’un colloque prévu le 6 février sur le concept d'ATAWAD, « AnyTime, AnyWhere, AnyDevice »

Astrid Guillaume, Vice-présidente fondatrice de l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, Maître de conférence (HDR) à l'UFR d'études germaniques et nordiques de l'Université Paris IV Sorbonne, ex-Rédactrice en chef de la revue les Langues Modernes (Association des Professeurs de langues Vivantes), spécialiste en sémiotique

Commentaire de Sylvie le 18 juin 2014 à 12:41

MOOC : quels enjeux pour les acteurs du marché de l’information et de la connaissance ?
Journée d'étude du GFII sur les MOOC - juin 2014 - INRA, 147 rue de l'Université, Paris 7ème

Depuis deux ans, les MOOC (Massive Online Open Courses) promettent une révolution pédagogique à même de bouleverser la production et la transmission des savoirs à l'échelle mondiale. Si les attentes des acteurs de l’enseignement et de la formation sont fortes, les acteurs du marché de l’information ont aujourd’hui besoin d'une meilleure visibilité sur la pérennité de ce nouveau modèle et de comprendre son impact sur la chaîne de la valeur.

Pour les universités, les grandes écoles et les centres d’enseignement, les MOOC offrent de nouvelles opportunités de rayonnement pour construire la « marque institutionnelle ». Mais les enjeux sont multiples : quel positionnement par rapport à la concurrence internationale ? Quelles relations avec les grands acteurs du web ? Quel impact de la standardisation des formations et de l’ouverture des enseignements à une audience mondiale ? Comment innover pour repenser la transmission
des savoirs ? Quel rôle possible des bibliothèques dans l’organisation des offres et la prescription des contenus ?Pour les entreprises, les COOC (Corporate Online Open Courses) permettent de former massivement et à moindre coût les salariés pour mieux répondre aux obligations en matière de formation permanente dans un contexte de réduction des budgets. Constituent-ils pour autant une alternative viable ? Quelle pérennité offre ce modèle ? Comment se repérer dans l’offre de contenus et services disponibles ? Quel dialogue avec les partenaires et les prestataires ? Comment faciliter
l’adoption et les nouveaux usages ? Pour les fournisseurs de services et les éditeurs, les plateformes MOOC sont une nouvelle voie pour valoriser leurs contenus et développer des services innovants. Là encore, les questions sont nombreuses : quelle politique éditoriale, quels partenariats avec les établissements d’enseignement, quels liens avec les plateformes et quels modèles économiques ? Comment construire une offre adaptée aux usages des MOOC ? Comment reformater les contenus dans la perspective d'usages pédagogiques ? Comment intégrer la dimension multimédia ? Quelle exploitation des données d’enseignement à l’heure du développement des « learning analytics » et du Big Data? Quelle intégration possible de la recherche scientifique dans les MOOC (MOOR - Massive Online Open Research) ?

Session #1 : MOOC, les enjeux internationaux
Concurrence internationale, diplomatie numérique, accès à l'éducation, localisation des parcours et contenus de formation, etc.  Présentation du portail OCEAN, un portail international pour la diffusion des MOOC francophones (titre provisoire)   Yves Laszlo, Directeur adjoint sciences, ENS et président du comité de pilotage du projet OCEAN  Les TICs pour le renforcement de l’éducation : enjeux internationaux et lutte contre les inégalités sociales  Muy-Cheng Peich, Responsable du Pôle Education, Bibliothèques sans Frontières, Khan Academy en Français

Session #2 : les enjeux autour des plateformes
Enjeux technologiques (intégration, architecture, exploitation des données), partenariats, modèles économiques, etc.   Gilles Dowek, responsable du MOOC Lab, INRIA, partenaire du MENESR sur FUN
Enjeux du secteur et retour d'expérience d'Openclassrooms   Pierre Dubuc, fondateur et dirigeant associé, Openclassrooms

Session #3 : perspectives offertes par les MOOC pour les fournisseurs de contenus et les éditeurs
Nouveaux contenus, nouveaux services, nouveaux usages, politiques éditoriales, etc.
Offre de services Pearson autour des MOOCs et plus généralement autour des stratégies de transformation des grandes écoles et universités  Hélène Dennery, Managing Director, Pearson Germany, Benelux and France Opportunities to disseminate research - Experimentations, Innovations and Lessons Learned  Rogier Van Erkel, Global Copyrights Manager, Elsevier

Commentaire de Bea Anoux le 8 janvier 2014 à 18:19

Stephen DOWNES  -  Moncton, New Brunswick, Canada

Stephen Downes, Learning networks
http://flenet.unileon.es/theor1.htm#Downes

Supporting Diversity Through OERs and MOOCs

https://docs.google.com/document/d/11z1qVOzfUuUSVBEzIzZLrhLLvRWIWOo...

Carte mentale par Pierre MOngin

http://www.mindomo.com/mindmap/notes-de-mooc-c76af49053c14b0f804aaa...

Rôle des MOOCs dans l'université

- Les MOOCS ont besoin d'être compris à part entière, les présentations standards de contenu pédagogique ne valent pas pour les MOOCs car les MOOCs essayent de faire qqch de différent qu'un cours en ligne traditionnel. Les MOOCs ont besoin d'être évalués de manière empirique.

Pourquoi un cours ? Pas parce qu'il y a un ensemble de contenus que l'on veut étendre aux masses. 

Nous avons un cours car il y a un besoin pour une communauté pour une conversation.

On ne veut pas que les gens aient à investir dans une autre communauté. 

On ne s'investit pas pour la vie, mais pour quelques semaines.

Cela permet aux participants de partir sur de nouvelles bases à chaque fois.

Les interactions peuvent être plus libres, informelles lorsqu'on sait que ce n'est pas pour la vie.

- L'impact premier d'un cours ne sera pas son contenu. 

Ce n'est pas non plus ce que nous voulons faire. 

La manière de penser les cours se basent sur notre intervention/expérience en tant qu'enseignants et chercheurs.

Ce que nous ferons pendant 12 semaines, c'est explorer notre rôle d'éducateur.

On ne propage pas un contenu. On en parle et on essaie de le comprendre. 

Le savoir est distribué à travers des connections.

 

- Le savoir est la structure d'un réseau de connection.

Apprendre est la capacité de déveloper ce type de connexions.

La connaissance, c'est une croissance et l'apprentissage est le processus de croissance.

Ce qui est important dans un cours connectiviste, ce n'est pas le contenu du cours mais son environnement, son contecte, son scénario.

Les choses que l'on apprend et celles que l'on sait sont les connexions que nous faisons entre nos neurones.

Apprendre c'est devenir.

- Processus En 4 étapes

agrégation, réadaptation, recontextualisation, développement

Participer à un mooc, c'est faire ces quatre choses. 

La raison n'est pas de se souvenir de certains contenus, mais de s'immerger dans l'interaction. 

Ainsi nous devenons à travers cette interaction, similaire aux autres participants au processus.

Il n'y a pas besoin d'une autorité unique.

Je fais un peu de programmation, mais j'ai souvent des difficultés. 

Je n'ai pas besoin d'un expert pour regarder mon code. Juste quelqu'un qui sache faire marcher un tri à bulles (bubble sort) par exemple. 

J'ai besoin de quelqu'un qui va m'aider à faire marcher mon programme.

Tout ce dont on a besoin c'est que le retour soit présent, pas qu'il vienne d'un expert.

 

Il y a  beaucoup de gens qui sont capables de faire ça, il sufift de les faire participer.

 

Je pense que j'en ai dit assez pour montrer que le but des MOOCs est différent de celui des cours traditionnels. 

Le cours traditionnel veut enseigner des contenus. 

Il ya des techniques pour convaincre les gens et leur faire apprendre le savoir que vous voulez leur transmettre.

 

On n'est pas juste en train de faire que les participants se rappellent du cours.

On essaie de les faire devenir des locuteurs compétents d'une langue étrangèe, dans laquelle ils peuvent être opérationnels.

C'est foncièrement différent, et cela relance notre réflexion sur notre appréhension des structures éducatives

Il s'agit de repenser notre système éducatif

 

L'idée principal est que les MOOCs doivent être envisagés pour ce qu'ils sont et non en terme de transmission de connaissance.

VOIR AUSSI: Conférence a Edmunston: 

MOOC - La résurgence de la communauté dans l'apprentissage en ligne 

http://www.downes.ca/presentation/317

Downloads: full text in English, full text en français. Dans cette présentation, Stephen Downes aborde la question à savoir comment les MOOC (massive open online courses) influenceront l'avenir de la formation à distance. La présentation examine de façon détaillée la nature et l'objectif des MOOC comparativement à l'enseignement traditionnel à distance. Il soutient que les MOOC représentent la résurgence de l'apprentissage communautaire et décrira comment les institutions d'éducation à distance partageront les MOOC entre elles et renforceront les interactions en ligne grâce à des services et des ressources communautaires.

VIDEO -  Conférence  http://www.youtube.com/watch?v=XKT8ySGPevY

Présentation  http://www.slideshare.net/slideshow/embed_code/22207183#

LIEN  Commentaires - S. Downes

Commentaire de Sylvie le 20 décembre 2013 à 12:35

Anthony BATES,
Online learning strategist, Tony Bates Associates Ltd, Vancouver, British Colombia, Canada
http://www.tonybates.ca/

Making MOOCs really useful: applying 20 years of research into online learning
https://docs.google.com/document/d/1qBj1XCVDjwdn8GAGnRGz6Rt0u3ghqnj...

Diapo 2 : Overview 00:00:40.217 Pourquoi les universités en sont venues à être contraintes de changer leurs modèles d'apprentissage et de diffusion de la
connaissance ? Pourquoi l'e-learning s'est il développé ?
la croissance de l'enseignement en ligne
les standarts et les innovations
les bases de l'enseignement en ligne
trois moyens de rendre les Moocs meilleurs

Diapo 3 : Drivers of change in North America 00:01:27.249 Les leviers du changement
Les principaux facteurs de changements :
- un système de masse de l'enseignement supérieur : faire plus avec moins,
- 65% des étudiants quittant l'éducation secondaire poursuivent leurs études dans l'enseignement supérieur. Or, le gouvernement réclame davantage d'étudiants
sans accorder davantage de fonds. Il s'agit donc de trouver des solutions inventives.
Améliorer la productivité
La modification des modèles économiques des sociétés avancées conduit à l'émergence d'une industrie des technologies, et le taux de remplacement des employés
dans ces secteurs est très important.
Une demande de "travailleurs de la connaissance" au haut niveau de compétences pour remplacer les anciens travailleurs de l'industrie,
L'université n'a pas changé depuis 800 ans.
Emergente d’internet
Dernier facteur de changement, l'émergence de l'internet et des technologies informatiques a pronfondément bouleversé notre monde.

Diapo 4 : Drivers of change in North America (cont.) Quel niveau de compétences de haut niveau ?
De nouveaux savoirs et compétences de haut niveau sont désormais nécessaires dans ce nouvel environnement économique ;
Le knowledge management, à savoir la capacité à organiser les connaissances, qui sont présents disponibles en des points épars et en grand nombre
Knowledge management et Critical Thinking sont des compétence quasi obligatoires (entre autres : independant learning, IT skills, Team work...)
Il s'avère nécessaire d'avoir une maitrise suffisante des nouvelles technologies pour pouvoir publier la connaissance, mais surtout faire les bons choix d'outils et de
standards.
Exemple : Trois employés d'une micro-société basée sur la connaissance dont les employés sont extrêmement polyvalents et assument des postes aussi variés que la
gestion des connaissances et le marketing

Diapo 9 : BLended/Hybrid learning 00:10:19.357
Comment modifier le processus d'apprentissage en présentiel en y adjoignant des cours en ligne. A l'heure actuelle, il s'agit d'enregistrer le cours, puis de le mettre en
ligne en vue de le faire voir par les étudiants avant le cours. Le problème, c'est qu'ils ne le faisaient pas. Le potentiel est bien plus important, il s'agirait de mettre en
ligne des ressources sur lesquelles les étudiants devraient travailler puis discuter dans un second temps en présentiel (classes en pédagogie inversée).
Pourquoi les étudiants devraient venir en présentiel, s'ils pouvaient tout faire à distance. La réponse réside dans l'ambiance, le milieu incarné par le campus, qui les
motive malgré tout à se déplacer.

Diapo 10 : Mobile learning 00:12:17.883
L'avenir est à l'apprentissage en ligne mobile. Cependant, la majorité des étudiants dans le monde ont certes des smartphones, mais la plupart d'entre eux dans les
pays en voie de développement ont des modèles d'entrée de gamme. En outre, le téléchargement des ressources est payant et très onéreux?
Il ne s'agit donc pas pour l'heure d'un modèle viable

Diapo 11 : Open educational resources 00:13:22.060
Les ressources ouvertes pour l'éducation ; Principe de gratuité, de réutilisation et d'adaptabilité du contenu publié sous Creative Commons Licence
Il ne s'agit pas seulement de cours. Il s'agit également de simulations pour tester les connaissances des étudiants.

Diapo 12 : Virtual labs 00:15:39.020
Laboratoires virtuels : Animations et simulations dont il ne serait pas possible de bénéficier dans la plupart des laboratoires réels, permettent aux étudiants à distance
à partir de données envoyées par de véritables laboratoires, de mener des compétences. Il s'agit en quelque sorte de l'équivalent de l'externalisation de la puissance
de calcul dans les nuages appliquée aux expériences.

Diapo 19 : The challenge for MOOCs 00:23:37.464
Les MOOC doivent tenir davantage compte de nos connaissances actuelles sur l'e learning.

Diapo 20 : Three basics of online learning: 1. Pedagogy 1/2 00:24:06.425
Le but est de transmettre les informations du pédagogue à l'apprenant dans le but de lui faire élaborer sa propre connaissance. Le problème du cours
magistral réside dans le fait qu'une énorme quantité d'information est transmise, mais que l'apprenant n'en retient qu'une infime partie. Or le but premier de l'éducation
actuelle est de développer des compétences requises dans notre monde informatisé. Il y a donc décalage entre la méthode traditionnelle et les compétences et buts
recherchés.

Diapo 21 : Three basics of online learning: 1. Pedagogy 2/2 00:26:31.745
Le principe de base de l'université est de rendre intelligible une connaissance et des conformations de prime abord obscur. D'aller au delà du niveau premier de
l'apprentissage, extraire des informations, un sens, une connaissance plus profonde que de prime abord. Il s'agit in fine d'un voyage de l'inconnu, vers le connu et
enfin vers le savoir intégré et maitrisé.
Si l'on souhaite développer les compétences des étudiant,s'il s'agit de mettre en place des garde fous, basé sur des système de retour feed back. En outre il faut
davantage de pratique. La transmission de la connaissance est un jeu d'enfant. Sur une large échelle il est en revanche extrêmement ardu de créer de la connaissance
chez l'étudiant à partir de la transmission.

Diapo 22 : Three basics of online learning: 2. Learner support 00:28:15.624
Les apprenants ont besoin de recherche, travailler partager critiquer en vue d'apprendre. la présence en ligne des instructeurs, modérateurs, tuteurs est
fondamentale. Les pédagogues doivent communiquer autant que faire se peut avec les étudiants. Dès lors que les étudiants savent que quelqu'un se soucie de leur
niveau et de leur progression ceci les motive conséquemment.

QUESTIONS/REPONSES
Question 1 : Graphique des inégalités --> Les campus les mieux côtés se destinent aux riches. le reste des étudiants se retrouvent à étudier dans des universités
quelconques? Les moins riches n'ont rien.
Nuance du conférencier : les systèmes éducatifs du nord de l'Europe s'inscrivent en faux avec ce modèle
Réponse 1 : Il s'agit davantage de faire correspondre aux besoins des apprenants la formation proposées. Tout le monde n'a pas besoin de se rendre à l'université.
L'université n'est pas en mesure de répondre aux besoins de tous les appprenants dans la mesure où elle ne forme pas nécessairement de façon appropriée aux
besoins de toutes les filières techniques.
Il devient vital de changer le monde de fonctionnement actuel. Permettre à davantage de personnes d'assister aux cours magistraux ne permettra pas de répondre au
problème. Ce qui attend les sociétés ne réformant pas leur système éducatif c'est la banqueroute qu'a connu l'argentine.
Question 3 d'Isabelle (Université ouverte de Lisbonne) sur le PAD : Quand T Bates dit : L'acquisition savoirs profonds requis au XXI ème ne peut se faire en non
présentiel," que dire des formations diplomantes ou non dans les universités totalement en ligne ? open university uk parmi d'autres
Réponse 3 : Peu importe la méthode employée, les étudiants apprendront toujours. Plus important que la méthode employée ou la technologie, la façon d'enseigner.
Ce qui est déterminant dans le fait que quelqu'un arrive ou non à apprendre lorsqu'il suit un cours en ligne, ce sont les circonstances et l'environnement. Chaque profil
est plus ou moins rédisposé à réussir à suivre un cours en ligne. Tout dépend s'il est à l'aise ou non avec cette méthode d'apprentissage.
Réaction d'Isabelle : étudier en ligne n'est pas étudier isolé , cela à voir avec les connections que les étudiants mettent en place, leurs réseaux de connections
Question 6 : Pouvez-vous définir XXI century skills ?
Réponse 6 : Prendre le savoir, l'appliquer, mesurer à quel point il est efficace. Être étudiant au XXIèle siècle est faire oeuvre d'historien. Au sens de collecter du
savoir, porter un regard critique sur ce dernier et l'utiliser en le recombinant.

LIEN Commentaires - T.Bates

 

Commentaire de Zoé Brustel le 17 décembre 2013 à 20:16

      Richard HOTTE   

 La relation tutorale dans les MOOCs : les résultats de 20 ans de recherche au LICEF


Diapo 5 : Qu’est ce qu’un MOOC?
La relation tutorale dans les MOOCs : les résultats de 20 ans de recherche au LICEF
*La relation comme entité structurante de la communauté d'apprentissage en ligne
http://benhur.teluq.uqam.ca/SPIP/rhotte/
Diapo 6 : Le connectivisme 00:03:30.158
L’apprentissage passe d’une activité individuelle et interne à une activité collective. Cet apprentissage est alors dépendant de l’entourage et des outils à disposition.
Diapo 7 : La formation en ligne 00:04:11.172
Les Mooc sont à rattacher à la formation à distance et à la formation en ligne :
- formation à distance cf openuniversity
- formation en ligne (années 90) : à distance, avec l'assistance d'un formateur, les technologies étant une composante de la formation, une réalité
technopédagogique
- Mooc : xmooc et cmoocs : cours en ligne ouvert (sans contraintes d'accès, de budget etc...) et massifs (peuvent recevoir des milliers d'apprenants)
Diapo 8 : TUTORAT ou accompagnement à apprendre 00:05:05.918
citation de John Daniel : Le modèle élitiste des université derrière ces mooc repose sur l'élimination des candidats plutôt que sur leur réussite. Cette présentation vise
à discuter cette affirmation.
Le débat des MOOC porte sur une dialectique entre formation en présence et formation à distance.
Le modèle élitiste des universités repose sur l'élimination des candidats et non l'accompagnement des étudiants // MOOC qui repose sur l'encadrement et l'ade aux
étudiants.
Diapo 9 : Tutorat en ligne 00:05:49.131
diapo titre
Diapo 10 : La relation pédagogique 00:05:51.876
La relation pédagogique --> Un système d'information basé sur des connaissances acquises socialement.
On transforme les connaissances en mode d'apprentissage, les étudiants sont assistés par le tuteur.
L'apprenant appartient à une communauté naturelle de pratiques sociales. Cette communauté bâtit à partir d'informations des connaissances collectives -->
Capitalisation --> Acquisition de savoirs --> Reprise du processus.
Diapo 11 : Tuteur, un acteur intermédiaire 00:07:12.208
Tuteur : acteur intermédiaire situé entre temps de conception et temps d'utilisation
Ce qui caractérise la formation en ligne c'est le fait que l'apprentissage est conçu avant son utilisation. Il est une identité croisée entre présence et distance.
il a des rôles par rapport aux contenus, à la pédagogie, etc... (voir diapo)
Diapo 12 : Tuteur, un acteur institutionnel 00:07:51.271
C'est un acteur institutionnel donc la forme institution a un impact sur l'apprentissage en ligne. ex rapport à l'écrit, un rôle sur la construction identitaire du tuteur et sur
l'instrumentation de la collaboration
Dans la formation en ligne l'écrit joue le plus grand rôle alors qu’en présence c'est l'oral qui est prépondérant.
La forme d'institution a un impact sur la forme de diffusion de l'information, sur le choix du dispositif pédagogique choisi pour la distribution des informations
Diapo 13 : Une compétence 00:09:00.490
Compétence = Savoir/Savoir faire/Savoir être --> Capacité à les mobiliser avec succès le mouvement venu.
Diapo 14 : Construction identitaire 1 00:09:26.665
La relation pédagogique est une relation de collaboration, ce qui constitue l'élément le plus primordial.

QUESTIONS/REPONSES
Les Mooc entraînent une réaction corporative des formateurs mais aussi les nouveaux enseignants veulent travailler directement avec leurs étudiants.
Question 1 : Comment couvrir la masse ? Tutorat par les pairs ?
Réponse 1 : Un tuteur seul doit savoir s'adjoindre les étudiants donc il y a animation par les pairs. Mais dès qu'on laisse tomber le tutorat le niveau d'intervention
tombe et la communauté se restreint. il faut un leader.
Réaction : Un des moocs français (Gestion de projet) a mis en place un système dans lequel à chaque fois que quelqu’un poste une contribution trois autres
personnes la reçoivent, la relisent etc...
Pour le mooc itypa le tutorat est prévu d'avance alors c'est une formation en ligne
Question 2 d’Alain Mille : méta tutorat qui prévoit un tutorat par les pairs ?
Réponse 2: Une triste histoire à raconter : un méta tuteur animait un grand groupe d'étudiants. Les conventions collectives ont fixé un certain nombre de règles (tu
dois répondre au moins dans les 24h etc...) ce qui coupe la communication.
Question 3 : Les moocs servent-il à apprendre plus à ceux qui savent déjà ? Sauf à organiser un tutorat mais c'est la faiblesse des Moocs : forum dans lequel ça
réagit plus ou moins, des FAQ.
Réponse 3 : L'apprentissage est beaucoup fondé sur une relation qu'il faut savoir incarner.
Premier problème :
- des universités en présentiel qui font des mooc mais toute leur culture pédagogique est basée sur l'oral
- des formations à distances qui sont basées sur l'écrit.
=> conflits
Autre problème :
- si on met plusieurs universités en collaboration les formes de langages symoliques avec lequel l'étudiant va devoir travailler, vont devoir être harmonisées.
il faut récréer la relation péda dans les moocs.
C'est le tutorat (importance du lien social dans le processus d'apprentissage) qui fait augmenter le coût des moocs, donc le tutorat va faire diminuer la rentabilité
publicitaire ==> le modèle économique va-t-il tenir le choc ?
L'intervenant explique que les moocs les a mis dans des situations économiques difficiles par l'introduction du tutorat. --> tutorat à minima pour réduire les coûts et
faire que ça marche?
Question 4 d’Eric Bruillard : plusieurs modèles de Mooc : mooc de stars ?
Réponse 4 : Si le mooc gestion de projet a fonctionné c'est parce que derrière il y a une équipe de dix personne. Fonctionne comme les sites de langues, les gens
font du tutorat bénévole parce qu'ils cherchent des emplois dans la formation à distance. Les Mooc sont de l'enseignement à distance + les réseaux sociaux, qui
bouleversent les modèles économiques.
MOOC : EAD + RS donc l'animation est ESSENTIELLE
Les modèles du web sont bouleversés par l'intégration des réseaux sociaux

- Intervention de

R. Hotte https://docs.google.com/document/d/1NScXnvuesLGMPXLXeGUKE8MQYbpFg19...

LIEN - Commentaire

Commentaire de Sylvie le 17 décembre 2013 à 20:03

Sir John DANIEL  -   Senior Adviser, Academic Partnerships, Vancouver
 http://www.col.org/about/staff/pages/jdaniel.aspx et http://sirjohn.ca/wordpress/

MOOCs: Comment sortir du labyrinthe ?

Diapo 2 : Les entretiens Jacques Cartier 00:00:01.108
Sir john Daniel exprime son affinité avec Jacques Cartier, cet explorateur du fleuve Saint Laurent car …
Diapo 3 : sans titre [carte] 00:00:10.000
lorsque Sir John Daniel a immigré au Canada en 1969, il a débarqué par bateau.
Diapo 4 : Université de Montréal 00:00:39.391
Ensuite il a demeuré pendant 4 ans et a travaillé à l’Ecole Polytechnique de l’université de Montréal avant de déménager pour Québec
Diapo 5 : Université de Québec TELUQ 00:00:53.431
Il a fait partie de l’équipe fondatrice de la TELUQ et y reste 4 ans. c’est à québec que Sir John Daniel commence sa formation à distance
Diapo 6 : Thabasca University 00:01:04.459
Il fait un séjour à l’Université de Thabasca et retourne à Montréal
Diapo 7 : Concordia University 00:01:16.409
nouveau séjour à Montréal pour une période de 4 ans
Diapo 8 : Les rapides de Lachine 00:01:26.798
Sir John Daniel se passionne pour Jacques Cartier qui, lorsque ses bateaux arrivèrent dans les rapides du fleuve Saint Laurent était sûr qu’il arrivait en Chine (ce
quartier de Montréal s’appelle toujours Lachine)
Diapo 9 : Moocs : comment sortir du labyrinthe ? 00:01:41.759
Le mot Labyrinthe appliqué aux Mooc ?
Pourquoi ce titre et pourquoi labyrinthe?
Diapo 10 : Making Sense of MOOCs: 00:01:54.707
texte de référence que Sir John Daniel a écrit lorsqu’il a été professeur invité à l’école ouverte nationale de la Corée : Musings in a Maze of Myth, Paradox and
Possibility  http://www-jime.open.ac.uk/article/2012-18/html Comprendre les MOOCs, mythe, paradoxe et possibilité
Diapo 11 : Making Sense of MOOCs [citation] 00:02:24.321
citation de Hans Eysenck qui résume bien le sentiment de Sir John Daniel sur les MOOCs:
"Ce qui est nouveau n'est pas vrai, mais ce qui est vrai n'est pas nouveau"
Diapo 14 : MOOCs began in Canada 00:03:12.172
Les Mooc ont débuté au Manitoba avec George Siemens et Steven Downes
Diapo 19 : L’enseignement supérieur 00:04:24.693
Non seulement les MOOCs de 2012 ne représentaient pas une révolution mais ils n’appartenaient pas à l’enseignement supérieur non plus.
L’enseignement supérieur doit comprendre 3 éléments: l’enseignement, les études et la remise de diplômes. or dans ces MOOCs, il n’était pas question de cours
diplômants ni d’attribution de crédits pour ces premiers MOOCs
Diapo 24 : “La révolution [...] l’ouverture” 00:06:25.029
Les universités de prestige qui pratiquent une sélection très importante pour leurs cours sur le campus avec les frais d’inscription conséquents offrent une inscription
gratuite à leurs MOOCs
C’est surtout ce point qui a piqué la curiosité des médias d’information
Diapo 44 : sans titre 00:12:58.242
=> les mooc ne sont pas forcément une bonne réponse aux défailances budgétaires ou à l'abandon des étudiants
Diapo 45 : Comportement de troupeau! 00:13:06.900
Les universités agissent en copiant la mode des moocs comme des moutons de Panurge
Diapo 90 : L’étudiant comme juge 00:32:27.379
L'étudiant est juge : le livre propose des critères pour juger de la qualité d'un cours avant de s'y inscrire ex : appui tutoriel, standards techniques et systèmes techno
fiables, présentation claire des contenus, navigation cohérente et facile …
Diapo 91 : Critères pour les étudiants 00:32:49.406
Critères étudiants :
Appui tutoriel
Fiabilité technologique
Transparence
Diapo 92 : Conception pédagogique 00:33:09.750
• Formats et design cohérents
• Présentation claire des contenus
• Navigation cohérente et facile
• Esthétique des graphiques

Intervention de Sir John DANIEL

https://docs.google.com/document/d/1tB_OS5qPyJXZxuNlFygZ-bREtKSesrf...

 

LIEN Commentaire S. J.Daniel

Commentaire de Zoé Brustel le 17 décembre 2013 à 19:44

Photo Table Ronde

Cours massifs et ouverts en ligne adaptés aux besoins du 21ème siècle – un  défi pour l’enseignement supérieur des pays du nord comme du sud
Date : Lundi 25 et mardi 26 novembre 2013
Lieu : Grand Amphithéâtre de LSH, ENS de Lyon Campus Descartes

Programme PDF
http://www.entretiens.centrejc.org/docs/Coll1.pdf

Université - À revoir, les MOOC!    Article - LE DEVOIR
http://www.ledevoir.com/societe/education/394927/a-revoir-les-mooc

Lyon — Si les MOOC vacillent entre espoir et désillusion, il ne faut pas oublier que les universités sont toujours à la recherche de modèles d’utilisation?pédagogiques?et financiers.

Il y a quelques mois, des spécialistes du monde universitaires ont constaté la déroute des massive online open courses (communément appelés MOOC), ces cours offerts en ligne par des universités prestigieuses, comme Harvard, à des dizaines de milliers de personnes à l’aide de plateformes, les plus connues étant Coursera, edX et Udacity. Après avoir été qualifiés de révolutionnaires, les MOOC se voient aujourd’hui accablés de reproches : taux d’abandon élevé, rentabilité quasi inexistante et absence d’évaluation de la qualité. Sans compter le fait qu’il n’y a aucun diplôme ou quelque forme d’accréditation que ce soit à la clé.

 « Nous savions que ce type de MOOC était condamné bien avant que les critiques n’émergent dans les médias. Pourquoi ? Parce qu’il n’existe pas encore une formule financière viable et que les normes pédagogiques manquent toujours. Cela ne doit pas nous empêcher de poursuivre la réflexion, ne serait-ce que parce que la demande éducative à l’échelle mondiale est monstrueuse, entre autres dans les pays en développement, et que les MOOC font partie de la réponse à ce besoin », déclare Emmanuel Duplàa, directeur de la formation à l’enseignement de la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa et coresponsable scientifique d’un important colloque international sur l’état des lieux des MOOC. L’événement se déroulait pendant les 26es Entretiens du Centre Jacques Cartier à l’École normale supérieure de Lyon et rassemblait des experts du Canada, de la France, de la Suisse, de la Belgique, du Sénégal et du Burkina Faso.

 Parmi les conférenciers se trouvait le créateur du tout premier MOOC, Stephen Downes, chercheur principal au Conseil national de recherche du Canada. Il a tenu à rappeler ce qu’est un MOOC selon sa théorie, le connectivisme : « Ce n’est pas un cours en ligne traditionnel. Un MOOC est un environnement d’apprentissage conçu pour la massification, la démocratisation de la connaissance. Il est ouvert en étant gratuit et en permettant à l’étudiant de participer à la structure du cours. Son contenu n’est pas aussi important que son contexte. Le rôle du contenu est de nous intégrer dans une communauté. On s’y développe en faisant des connexions. On apprend en devenant. Cela s’apparente à l’apprentissage d’une langue : pour bien la parler, il ne suffit pas de connaître la grammaire, on doit s’immerger dans la culture de cette langue et pratiquer, pratiquer, pratiquer… »

 

Le MOOC, un outil parmi d’autres ?

Malgré tous leurs défauts, les MOOC ont donné « de la respectabilité à l’enseignement et à l’apprentissage en ligne », selon Sir John Daniel, ancien président du Commonwealth of Learning, une organisation intergouvernementale basée à Vancouver qui fait la promotion de l’éducation en ligne. « Le fait que Harvard offre un enseignement en ligne a fait sortir l’e-learning et la formation à distance de la zone grise de deuxième classe qu’ils occupaient depuis toujours dans l’esprit de beaucoup de gens », a-t-il affirmé pendant sa présentation.

 Venu témoigner de la première année de l’intégration des MOOC dans le programme de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, Philippe Gillet, vice-recteur principal et président par intérim de l’École, a souligné que le MOOC doit faire partie d’un projet pédagogique : « Ce ne peut être le fait de deux ou trois professeurs qui se mettent en vedette dans une vidéo. On doit le considérer comme un outil, parmi d’autres, pour améliorer notre enseignement et le processus d’apprentissage. »

LIEN Commentaire

Commentaire de Sylvie le 17 décembre 2013 à 19:39

in Colloque MoocXXI  -  ENS de Lyon
http://collabeductice.ens-lyon.fr/manifestations/MOOC/

·         Question 1 : on a les cMOOc, les xMOOC et les gMOOC (g pour game)?
Il existe une continuité entre le serious game et les MOOC. Mettre un dispositifi pdagogoique dans lequel se trouve savoir, compétence et méthode dans une boîte unique qui rassemble tous ces éléments. or le cmooc est un serious game car tous les apprenants peuvent faire des choix, un défi m'est confié en tant qu'animateur.
Il s'agirait d'éjecter le terme sérieux, car le jeu n'a pas nécessairement vesoin d'enseigner quelque chose pour être utile. Les mécanismes des cmoocs et jeux sont virtuellement les même.
Une thèse récente sur l'apprentissage dans le jeu a démontré les étapes successives d'apprentissage que sous tend le jeu. Des indices cachés et explicites sont disséminés. Maitriser le jeu revient à les décoder, à casser le code et l'algorithme. les mécanismes permettant de maîtriser le jeu sont authentiquement pédagogiques.  le g de gmooc peut aussi renvoyer au fait d'introduire dans l'apprentissage la notion de jeu, de bonheur dans l'apprentissage ? mais cette joie est-elle celle de l'apprenant ? est elle induite par la façon dont nous enseignons ?
 
·         Question 2 : Lors du passage des cartes papiers aux cartes numériques un certain nombre de problèmes ont du petre surmonté, notamment le fait de répondre à des spécifications identiques dans le domaine numérique à celles que l'on trouvait à l'ère du papier. Les utilisateurs ont détourné l'utilisation de ces cartes. Des besoins nouveaux sont apparus et la qualité (comme respect des spécifications) n'a plus d'intérêt. On a eu besoin de définir l'utilisateur et ses objectifs pour ensuite définir les facteurs de qualité. --> Un même produit pouvait donc avoir des qualités différentes selon les utilisateurs.
 
Réponse d'Alain Mille: La question des profils utilisateurs, des personas, rejoint celle plus générale de l'architecture de l'information. Puisqu'il est impossible de connaître le publoc à qui s'adresse l'environnement développé préalablement, il faut donner des outils aux utilisateurs permettant d'adapter leur expérience à leurs besoins.  Dès lors la qualité du sytème n'est pas spcifiée dès le départ mais lui est intrinsèque. la seule chose qui était prévue à l'avance, c'éait l'adapatabilité du dispositif à l'utilisateur.
 
Ceci nous ramène au design participatif de la pédagogie de participation. L'intéraction permanente avec les utilisateurs permet d'adapter la technologie et le design quasiment en temps réelle. Cette approche est au centre du dévellopement des nouvelles technologies.
 
3 choses pour Marcel Lebrun:
    - métaphore de la carte et de la boussole. avant pour aller à Lyon, on avait la carte. L'idée de compétence est celle de donner la boussole pour se diriger partout
    - dispositif = open reklativement ouvert mais l'apprenant, en particulier les + jeunes, ont besoin de repères, de critères, d'échéances, de tâches... un grand espace balise
    - Conception qui sous tend claroline, codesign avec entre utilisateur et développeur. Cycles courts [agilité ?]
 
La cartographie est une représentation en 2 dimensions d'un univers en 3 dimensions --> Permet de rendre compte rapidement d'une réalité diférente rapidement. Néanmoins, ceci n'apparaissait pas si évident pour tout le monde. Des outils tel que Google Earth permettent de contourner le problème et apportent des gains de temps d'un point de vue pédagogique énorme. Ceci révèle le fait que des outils nombreux permettant d'atteindre les même buts coexistent à l'heure actuelle. Il est de
la reponsabilité de l'enseignant de repenser les contenus.Ainsi peut on réelllement enseigner la géographie avec des cartes traditionnelles en 2D ? A défaut de répondre de façon tranchée il s'avère nécessaire de se poser des questions.
***Brouhahahaha dans la salle.***
Certains objectent qu'il s'agit d'avantage d'une question d'utilisabilité. En outre, il est fait remarqué que les cartes bien que numérisées sont identiques.
Le véritable défit est de représenter un volume. Le géologue sait ce qu"il voudrait représenter et demande à des professionnels de modéliser ce qu'il désire...
***Il semblerait que nous nous dirigions vers une digression...****
 
Trois niveaux :
    -Une carte de Lyon est comme un MOOC, on crée un environnement où je peux partager... Ce que je veux ce n'est pas utiliser la carte pour elle mais pour savoir où je suis, pour comprendre l'environnement autour de moi. Je peux alors apprendre.
 - Second niveau :  C'est ma première fois à Lyon, la première fois que je viens à Lyon. Plusieurs choix s'offrent à moi. Je pourrais décider de déambuler au hasard, ou tuiliser une carte en vue de décider que j'irai ici. Puis un autre jour décider de ne pas l'utiliser. Ou encore, je pourrais employer le système de transport en commun. Le cMOOC revient à utiliser une carte, elle me donne des objectifs. Les taxis et les transports en commun me guident de façon directive. Le système d'enseignement traditionnel est diférent de ce système hybride. Il revient à vous kidnappe, en vous assomant et en vous forçant à vous rendre à un endroit donné.
A l'heure actuelle il devient stupide, hors de tout sens de déclarer que l'on a été incapable de prendre toutes els directions et de suivre tous les trajets. Das pistes sont donées, à l'utilisateur de choisir celle qu'il désire
- Troisième niveau: Certaines personnes ont des considérations diverses sur de même objets. Ainsi, certains débattront de la représentation graphique des forêts. La lecture et la cocenption d'une map répond à une grammaire, un langage implicite qui n'est pas spécifié sur la carte. Il arrive même que la carte prenne des libertés avec la réalité lorsqu'elle répond à un besoin donné.
Ainsi si elle doit permettre à un utilisateur de se rendre d'un point A à un point B s'avère t il nécessaire de refléter parfaitement la réalité du moment que l'on peut en venir à atteindre son but.
La carte peut être dessinée pour un oubli plus ou moins large. Dès lors on en vient à plaquer ses propres représentations sur la carte. Nous pensons qu'un fragment de connaissance reflète un fragment de la réalité et du monde. mais ceci est un mirage. toute connaissance est une structure que chacun d'entre nous élabore, et créée personnellement et cette conception est basée sur ce en vue de quoi nous nous proposons de la créer.
 
Alain mille :Dans les journaux, les cartes sont faites par des graphistes et non des géographes
 
Question de Caroline Jouneau Sion : Etant moi même enseignante, j'en viens à me faire la réflexion, si je devais choisir de suivre vois recommandationjs et mettre en palce des cours hybrides, quelles sont les compétences que nous avons besoin de leur inculquer dès le secondaire ?
R: Marcel Lebrun : Il existe des styles d'apprentissage, chacun d'entre nous requiert à des modes dacquisitons des connaissances selon des modalités qui luis sont propres(cartes mentales, ... certains sont visuels, d'autres...). Il y a donc un principe de variété fondamental. Il ne faut donc pas que les MOOcs soient des clones les uns des autres, sans quoi ils ne répondront pas aux besoins des apprenants et le FUN learning disparaitra.
Deuxième point fondamental, il faut placer l'apprenant dans des environnements lui permettant d'acquérir ces compétences. La critique, la communication le travail en équipe, la gestion des projets et de leur incertitude ne vont pas de soi et posent problème aux étudiants.
Pour répondre à cette problématique, il faut donner confiance à l'élève, demander à la classe de valider ce qui a été présenté selon dex critères spécifiés préalablement. CVes critères doivent être établis par l'apprenant lui même ce qui est vital, ceci permettra dans un second temps au pédagogue de voir si oui ou non l'apprenant a atteint le but qu'il s'était fixé. L'apprenant doit être vu comme un partenaire de l'institutution pédagogique.
 
Caroline Jouneau SIon : Oui mais vos recommandations ne permettent en rien d'obtenir le baccalauréat !
Le bac est bel et bien la prote d'entrée à l'université. Il convient de le modifier d'urgence !
 
Karine Bazouni Marteau : Avec la pédagogie inversée, je dévalorise cette pédagogie aux yeux de mes collègues car je surnote, je me m'inscris en décalage en concurrence !
 
Mettre en place un cours pour l'ensemble des élèves un cours destiné à tous les lycéens portant sur les techniques d'information et de la communication. Or je me suis heurté à de fortes résistances.
Le ministère vient d'installer un conseil supérieur des programmes dont la mission est de réviser le contenu des programmes. Le créneau semble donc ouvert.
Le concept des digital natives est une [censuré].
Il est clair qu'à l'heure actuelle nous assistons à une fossilisation des pratiques dans les lycées depuis 20 ans. Il existe un décalage entre l'envie de faire bouger les choses, mais le système actuel ne le permet pas.
 
Apprendre avec le numérique à l EPFL: il n'y a rien en ligne comme ressources!
 
Q: J'aimerais aborder le problème de la standardisation et de l'évaluation pour un bon mooc. Il n'existe pas de bon ou de mauvais MOOC. L'idée serait d'instituer des sortes de prérequis auxquels les futurs créateurs de MOOC devraient répondre d'un point de vue technique, d'organisation, de participants, d'organisateurs.Il s'agirait d'un label sans en être un. Ceci permettrait de proposer un niveau de qualité minimum permettant d'éviter la déception de l'apprenant. Ceci autoriserait
également les comparaisons entre les différents MOOCS et ainsi permettrait à l'apprenant d'être guidé dans un environnement hautement concurrentiel.
R: S'il devait exister des standards  instituionnels pour les MOOCs, ceci impliquerait que les institutions supportent les MOOCS. Or avec le temps, nous passons du modèle, des institutions proposant des MOOCS en vue de transmettre de la connaissance à celui de personnes indépendantes détenant la connaissance et qui désirent en leur nom propre lepartage. En afrique du Sud les seules institutions à même de produire un textbook étaient des institutions internationales et non des organisations locales.
 
Q: Assises nationales du numériques au Québec pour déposer un livre blanc pour un nouveau modèle de gouvernance.
Si vous êtiez ministre de l'éducation, quelle serait votre première décision en vue de mettre en place l'école du XXIème siècle ?
 
R: il s'agirait déjà de se mettre d'accord sur une vision commune, si nous arrivons à embarquer les personnes dans le train, ce sera un succès.
Marcel Lebrun: Donner véritablement du sens à l'innovation, nombreuses sont les institutions à s'en emparer sans lui donner son véritable sens. Lorsqu'il est demandé d'introduire des priorités innovantes afin de répondre à des objectifs préalablement définis n'est surement pas de  l'innovation.
le point essentiel est d'encourager le partage de pratiques. L'échange entre les pairs. Il est impossible de générer de l'innovation par la planification. [La standardisation en matière de MOOC fait planer la menance de la stérilisation]
Alain Mille: maintenir les conditions pour que les choses continuent à se faire et progresse
Les infrastructures sont la condition essentielle posée en vue de générer de l'innovation. le gouvernement n'a plus l'argent pour intitier des réformes, mais il en a l'envie. Or l'innovation se trouve toujours à la marge. L'idée serait donc d'en venir à fournir des infrastructures en vue de permettre aux marges de rapporter et de porter leurs idées novatrices pour que le gouvernement et les politiques publiques les identifient et les mettent en place le cas échéant.
Il faut aller au delà du contenu et se focaliser sur le réseau et sur les modes de transmission. Il s'agit de créer des ressources connectées facilement accessibles aux individus.
Ainsi au Royaume Uni des listes de diffusion ont été créées qui sont accessibles pour le publique. Donc n'importe qui dans le grand public peut intitier une discussion avec les dirigeants. Connecter les individus devrait donc être la priorité des govuernements.
 
SUIVANT LE PAD HORS DE L'AMPHITHEATRE : N'HESITEZ PAS A POSER VOS QUESTIONS SUR LE PAD !**** ******Questions : ******
 
@Bruno_TISON
Non seulement les besoins individuels rencontrent difficilement les besoins collectifs, les approches d'acquisition des savoirs sont différents selon les individus, les uns seront visuels, d'autres auditifs, d'autres kinesthésiques. Plus les gens ont des bagages intellectuels moins ils savent parler naturelement.
Les difficultés rencontrées sur ITYPA ou Elearn 2 est de passer à la production collaborative.
Est-ce que les animateurs peuvent institulionnaliser les façons d'expression collaborative (Framapad, google.doc dans leurs thématiques semaines) ?
Les gens lancent des bouteilles à la mer collaborative et la mayonnaise ne prend pas Chacun est sur son rail privilégié culturel et scolaire et chacun veut imposer à l'autre sa vérité. Les apprenants se plaignent du manque de feed-back et paradoxalement les apprenants ne produisent pas ou peu. La difficulté rencontrée est de savoir qui fait quoi,  à quel moment.
Comme partout ce qui manque c"est la communication verbale et visuelle.
Dans ITYPA on veut nous faire avaler que tout est présent sur le Net et dans Elearn 2 on nous dit vous n'aurez pas de tuteur ni de cours débrouillez-vous entre-vous. C'est la pédagogie du cobaye.
 
Je n'arrive pas à bien la formuler ....
  
Question: il existe un certain nombre de recherches conduites sur l'analyse des traces d'activité (#learning_analytics). Existe-t-il aussi des recherches sur la motivation dans les MOOCs et comment la stimuler (càd engager les participants), et cela étant contribuer à réduire le niveau d'abandon?
Note:
    - cela s'applique aux contextes des xMOOCs et des cMOOCs
    - j'entend ici faire de la recherche, càd de la science (pas des pratiques que peuvent avoir acquis les éducateurs), et comprendre de manière profonde les mécanismes. Exemple: masse critique, niveau de "modération" et de suivit, cognition des l'apprenants et des "éducateurs", etc.
   
Pour que cela fonctionne il faut des bons ingrédients, une bonne recette et un bon cuisinier

LIEN   Commentaire - Débat

Commentaire de Zoé Brustel le 17 décembre 2013 à 19:26

Autour des MOOC, cours de masse en ligne et ouverts (Massive Open Online Course)

http://www.intercoop.info/index.php/Autour_des_MOOC

Nous nous dirigeons vers un nouveau modèle radicalement ouvert, asynchrone et collaboratif. Il laisse place à l’expérience et à la curiosité. Il consiste à adapter la transmission des savoirs dispensés à l’école aux usages et aux modes de diffusion actuels. Plutôt que de susciter frustration et ennui l’école doit ramener dans ses rangs les curieux et les passionnés qu’elle a laissé, et continue à laisser au bord de la route. Voltaire disait “L’éducation développe les facultés, mais ne les crée pas”. Comment donner la possibilité à chacun d’entre nous de développer et d’enrichir nos facultés, où que nous soyons et qui que nous soyons ? Eh bien en diffusant largement et massivement le savoir sur Internet et en suscitant la collaboration des étudiants. Réinventer le système éducatif, un impératif de ce quinquennat., Mikiane.com "nous sommes ce que nous partageons", mai 2012.

L’ Actualité

Agrégations

Agrégation via scoop it

Réseaux sociaux

Sites et blogs autour des MOOC et de l'innovation pédagogique

Les MOOC francophones

2014

septembre (1)

mars (3)

février (14)

janvier (21)

2ème semestre 2013

décembre 2013 (2)

novembre 2013 (5)

octobre 2013 (12)

septembre 2013 (13)

cours annoncés sans date

Environnement (0)

Juridique (2)

Management (0)

Numérique, technologie (3)

Santé (0)

Sciences (2)

Sciences humaines (6)

Quelques "MOOC" en question

1er semestre 2013

année 2012

Les MOOC à l'Institut Mines Télécom (8)

Autour de MOOC en anglais

Mooc d'organismes francophones en anglais

Domaine Télécom

Références classiques

Annonces de cours 2012 -13

Articles et vidéos

 

Plate formes de cours, portails, sites

les plate-formes

Entreprises autour des MOOC en France

les portails et outils de recherche

autres sites

Au Canada

aux US

dans le monde

en France

Foire aux questions

En quoi les MOOC sont-ils une innovation de rupture ?

Est-ce que les MOOCs constituent une rupture vis à vis du e-learnin...

MOOC : comment concevoir une évaluation par les pairs ? )

Citations, définitions

 

novembre

Le numérique va-t-il bouleverser l’enseignement supérieur ? par Yves Poilane, Directeur Général, TELECOM ParisTech, la lettre de la conférence des Grandes écoles, 28 novembre 2013.

L'ecole polytechnique de lausanne développe ses Moocs en Afrique fr..., Bilan, 26 novembre 2013.

Trois initiatives européennes à la loupe, dossier réalisé par Mathieu Oui, publié le 19 novembre sur EducPros.

MOOC : quelle stratégie européenne ?, à propos du séminaire "Making sense of the MOOCs" organisé par l’ACA (Academic Cooperation Association), le 10 octobre 2013 à Bruxelles, dossier réalisé par Mathieu Oui, publié le 19 novembre sur EducPros.

OCEAN, un nouveau venu du côté des MOOC par Céline Authemayou sur EducPros, le 18 novembre.

Les MOOCs sont-ils faits pour l’entreprise ?, par Stéphane Canonne dans "Formation Professionnelle, la discussion sur Linkedin, le 4 novembre.

La rébolution MOOC aura-t-elle lieu ? Le téléphone France Inter 7 novembre.

Education : demain, les profs seront tous complètement Mooc, Luc Le Vaillan, Libération, édition abonnés, 4 novembre.

Octobre

Guide du MOOC (.pdf), 46 pages, rédigé par Matthieu Cisel, doctorant à l'ENS Cachan, CC by sa nc.

Les Mooc, la ruine de l’université ?, billet rédigé par Caroline Jouneau-Sion (ENS-Lyon), Chloé Manceau (ENS-Lyon), sur le site Economie du dociment, web, 22 octobre 2013.

La percée des MOOCs dans l’enseignement et en formation continue, Mathématice octobre, la revue de Sesamath.

Les MOOC au secours de l'université, Le monde, 23 octobre.

Les MOOCs à la française laisseront-ils de côté l’ouverture juridiq..., Lionel Maurel, :: S.I.Lex ::, le 22 octobre 2013.

Mooc : les enjeux cachés de l'enseignement en ligne, par Guillaume Miquelard-Garnier (co-fondateur du groupe de réflexions, L'Alambic, et maître de conférences au Conservatoire National des Arts et Métiers), le blog du Monde, 11 octobre 2013.

exemple d’un MOOC, Modèles et dispositifs pour l'enseignement à distance (elearning, enseignement hybride) par by kmarteaubazouni, 6 questions à Christophe Batier (site du zéro) le 10 octobre.

Les MOOC, révolution ou simple effet de mode ?, Ludovia, 8 octobre.

Université numérique : les Mooc's d'abord, l'écosystème ensuite, Le Mag IT, Anne-Marie Rouzeré,le 04 octobre.

Flipped Classrooms : pédagogie inversée et scénarisation pédagogique, diaporama de Marcel Lebrun, en CC by nc nd, le 03 octobre.

les-moocs-finalement-ni-massif-ni-si-open, Bloc notes de Bertrand Duperrin, le 3 octobre 2013.

Infographie : le phénomène MOOC débarque en France, Inrialty, infographie sous licence CC by NC.

L'université française passe de l'amphi aux cours en ligne, Le Monde, 2 octobre.

Cours en ligne: la France en retard pour les étudiants et profs de fac, Libération, le 2 octobre.

Lancement de France Université Numérique article sur le site de FUN, aussi : construire l'université de demain et le dossier de presse (.pdf), le 2 octobre.

L'Université française est-elle en train de rater la révolution num..., Gilles Babinet et Guy Mamou-Mani, Huffington post, Le 1er octobre.

mai

MOOCs : les inégalités sous-jacentes, E-learning Africa, 30 août.

L'avenir des MOOCS, apprendre autrement le 18 septembre.

MOOCs : modèles d’apprentissage ? Histoires ordinaires, 30 août.

L'invasion des moocs : les cours multimédia en ligne arrivent en Fr..., par ar Lélia de Matharel, L'usine Nouvelle, Le 30 août.

Le travail collaboratif et les moocs - présentations, GROLLEAU Anne-Céline, le 28 août dans infomag, pas de droits d'usages élargis.

Les MOOC sont une vraie valeur ajoutée à un CV sur le blog du nouvel obs, le 13 août 2013.

État des lieux des MOOCs, retours d'expérience pédagogiques, Eduscol, juin 2013.

Design de MOOC, concevoir un parcours d’apprentissage dans le cadre..., par l'entreprise Unow, un livre blanc gratuit à télécharger (pdf, 15 pages).

LIEN Commentaire

© 2019   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation