Campus FLE Education

Langues - Communication - Ressources - Projets - Web 2.0

Pour et contre une simplification / réforme orthographique

Une réflexion de Pierre Jourde avec des arguments complémentaires et raisonnables, comme:


"La plupart des fautes sont grammaticales. Celui qui, comme moi, corrige des copies depuis trente ans, trouve ceci, massivement, dans des dissertations, non pas de 6e,
mais d'étudiants en
lettres :

« Ceux sont des accusations gravent... »
« Ces fables on étaient écritent... »
« Se texte a été publiait... »
« Il découvra l'Amérique »

La densité de ces fautes est parfois telle que j'ai du mal à comprendre le sens de la copie. Et donc, comme réforme, qu'est-ce qu'on fait ? On supprime les conjugaisons, les accords ? Mais comment ? Et c'est pour
le coup qu'on se retrouverait avec une langue écrite incompréhensible,
car farcie d'ambiguïtés.


(...) Entendons-nous : personne ou presque ne peut prétendre à l'orthographe parfaite. Les correcteurs les plus pointus des maisons d'édition ont parfois recours à de gros dictionnaires, ou au Lexique des règles typographiques de l'Imprimerie nationale, que je garde moi-même en permanence à portée de main, notamment pour corriger des épreuves de colloque, qui
comportent toujours des cas épineux.


(...) Petite liste de fautes lexicales, grammaticales ou orthographiques énervantes devenues courantes, grâce notamment au journalisme :

- Après que exige l'indicatif, et non le subjonctif, ce qui est logique, le subjonctif étant le mode de l'hypothèse ou de la contradiction, non de la
réalisation : « après qu'il est venu », et non « après qu'il soit
venu ».

- Eh bien écrit presque toujours, fautivement, et bien.

- Une tache, au sens de « macule », ne prend pas d'accent, contrairement à la tâche, au sens de « travail ». Mais regardez les affiches. Elles ne sont pas au courant.

- Investir un lieu consiste précisément à ne pas y entrer, contrairement à la manière dont le mot est systématiquement employé dans les médias, mais à l'entourer, à le cerner pour empêcher
toute sortie.

- , comme adjectif, doit toujours se rapporter à un nom. Il ne peut pas remplacer à cause de. « La mort est due à l'hémorragie », et non « dû à l'hémorragie, il est mort ».



Source: Blog Pierre Jourde - BibliObs

http://bibliobs.nouvelobs.com/blog/pierre-jourde

Contre l’illettrisme, vous pouvez nous aidez!

http://bibliobs.nouvelobs.com/blog/pierre-jourde/20100303/17849/contre-l-illettrisme-vous-pouvez-nous-aidez

Vues : 233

Commenter

Vous devez être membre de Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Campus FLE Education

Commentaire de Zoé Brustel le 11 mars 2010 à 13:56
Merci Stéphane pour ces liens:

Stéphane Métral's Library tagged
http://www.diigo.com/user/metral/ponctuation


Orthographe et typographie - Ponctuation
grammaire.reverso.net/5_1_ponctuation.shtml - Preview

La ponctuation
membres.multimania.fr/...ponctuation.htm - Preview

Banque de dépannage linguistique -
webographie

Grammaire AIDENET - Coupure des mots (césure)
www.aidenet.eu/grammaire01s.htm - Preview

Grammaire AIDENET - Signes de ponctuation et espaces

Le détecteur de fautes du CCDMD
activités classées par niveau de difficulté
www.ccdmd.qc.ca/...parcours_guides - Preview
orthographe grammaire ponctuation vocabulaire syntaxe fautes B2 C1 french français jeux games ccdmd

Ponctuation finale: point ou point d'exclamation
27 phrases sont proposées dont il faut choisir la ponctuation finale. Point ou point d'exclamation. Choix de la solution s'opère en cliquant sur le signe de ponctuation choisi
www.ccdmd.qc.ca/...exercices_interactifs - Preview

ponctuation ccdmd
CCDMD - Diagnostics - Diagnostiques
Petit logiciel en flash qui permet de déterminer les lacunes dans différents domaines- doit être ramené sur la machine fonctionne sous Mac OSX ou Windows- accords-syntaxe-concordance des temps - ponctuation- orthographe- homophones / Lacunes à remp
www.ccdmd.qc.ca/diagnostics - Preview
Commentaire de Zoé Brustel le 11 mars 2010 à 13:47
Bonjour Mica et Sylvie,

Pour approfondir vos reflexions voici:

Apprentissage et mise en œuvre de l'orthographe
http://www.hep-bejune.ch/formations/continue/conferences/m-fayol-1/

Plusieurs thèmes ont été abordés par Michel Fayol lors de cette conférence.
Il nous a d'abord rappelé que le système orthographique du français présente des caractéristiques qui le rendent particulièrement difficile à acquérir. L'objectif de la conférence consistait à décrire ces difficultés et d'en analyser les causes, à dresser un bilan des erreurs commises par ceux qui l'apprennent et à présenter une série de recherches visant à éclairer les mécanismes à l'origine des erreurs et de tenter de prévenir ces dernières.

Bibliographie succincte:

* ESPERET, ERIC / FAYOL, MICHEL. Apprentissages et didactiques, où en est-on ? Hachette, 1994.
Résumé : La recherche concernant les productions d'écrit en français langue maternelle.
* FAYOL, MICHEL. Production du langage. Hermès Science Publications, 2002.
Résumé : Vue d'ensemble des perspectives théoriques et méthodologiques relatives à la production verbale, orale ou écrite qui s'inscrivent dans le champ des sciences cognitives. La première partie aborde les modèles et les composantes de la production du langage. La seconde partie, intitulée développement, pathologies, applications apporte un éclairage particulier à l'étude de la production du langage.
* FAYOL, MICHEL / VERGNAUD, GÉRARD. L'enfant et le nombre : du comptage à la résolution de problèmes. Delachaux et Niestlé, 1990.
Résumé : Exposé des connaissances relatives à l'acquisition du nombre par l'enfant, à la résolution de problèmes arithmétiques, et à la conservation du nombre. Evocation des activités de comptage et dénombrements.
* FAYOL, MICHEL. Psychologie cognitive et apprentissage : les processus cognitifs en jeu dans l'activité d'apprentissage. CDDP de la Haute-Marne, 1992
Résumé : Exposé clair et concis des théoriciens de l'apprentissage.
* FAYOL, MICHEL / GOMBERT, JEAN-EMILE / LECOQ, P. Psychologie cognitive de la lecture. PUF, 1992.
Résumé : Les spécialistes font le point sur l'état des dernières recherches en matière de lecture. Approche cognitive de la lecture, compréhension de l'écrit, les activités associées à la lecture, les dyslexies.
* FAYOL, MICHEL. Lecture et écriture. Actes II : les entretiens Nathan, 1992.
Résumé : Composantes de la production du langage : vers une approche procédurale, les spécificités de l'écrit.
* GAONAC'H, DANIEL / FAYOL, MICHEL. Aider les élèves à comprendre : du texte au multimédia. Hachette, 2003.
Résumé : Analyse de l'activité de compréhension (ce que nous faisons quand nous cherchons à comprendre) par rapport au résultat de cette activité (ce qui a été compris). Etude des traitements de l'activité de compréhension et de leurs difficultés : identification des mots, syntaxes, inférences et anaphores... Analyse des difficultés spécifiques rencontrées par les élèves : rôle de la mémoire et de l'attention, place de la métacognition. Etude de différentes situations de compréhension : textes, documents multimédia, consignes, langue étrangère...
* KAIL, MICHÈLE / FAYOL, MICHEL. Les sciences cognitives et l'école : la question des apprentissages. Puf, 2003.
Résumé : Issu d'une collaboration entre chercheurs en sciences cognitives et chercheurs et praticiens de l'éducation et de la formation, cet ouvrage présente un bilan des acquis et des lacunes concernant certains apprentissages. Les différents chapitres sont regroupés autour de 3 thèmes : des gènes aux fonctions (étude de quelques-uns des déterminants du fonctionnement cognitif nécessaire aux apprentissages) ; apprentissages : dimensions interactives (aspects des interactions et stratégies de l'enseignant) ; apprentissages : savoirs et savoir-faire spécifiques (aborde 3 domaines disciplinaires : l'arithmétique, les savoirs scientifiques et les activités artistiques).
* FAYOL MICHEL, DE MORAIS JOSE JUNCA. La lecture et son apprentissage. Paris : Observatoire national de la lecture, 2004

Webographie

* Les cahiers pédagogiques. L'orthographe réfléchie à l'école primaire [en ligne]. Jean-Paul Vaubourg, article du 14/06/2006
http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=2447
Résumé : S'appuyant sur les travaux d'Evelyne Charmeux, l'article présente les trois niveaux du système orthographique français : le premier où les signes codent du son (combinatoire), le deuxième où les signes codent du sens, précisément des informations lexicales, le troisième où les signes codent aussi du sens, mais à propos des relations entre les mots (les accords). C'est sur ce principe que s'organise le travail présenté pour une classe de CE1 en milieu d'année.




L’apprentissage de l’orthographe L’apprentissage de l’orthographe lexicale et grammaticale le point de vue du psychologue: conférence du professeur Pascal Zesiger.

PDF http://www.hep-bejune.ch/formations/continue/conferences/apprent_or...
Commentaire de Mica le 8 mars 2010 à 19:37
Certes les erreurs commises par les étudiants de lettres apparaissent comme monstrueuses, et m'en font même mal aux yeux... Mais je pense qu'on a dévié un petit peu le débat de la véritable "réforme orthographique"... Ladite réforme part de la norme et en simplifie certaines orthographes étant obsolètes, trop rares pour être conservées, différant trop de leur prononciation, ou autres petits problèmes d'accents...

Là il s'agit bien de grosses erreurs de catégories grammaticales, et il n'y a rien à réformer à part les connaissances de ces mêmes élèves (y'a pas de honte à prendre des cours du soir, surtout quand on prétend être un "bon étudiant en lettres"...)

Mais là où le discours de Pierre Jourde me plaît moins, c'est concernant la "faute". Même à mes élèves, je leur demande d'arrêter d'employer ce mot. La "faute" est d'ordre moral, un manquement à une loi, comme une transgression criminelle. C'est-à-dire, immorale car volontaire. Et je doute FORTEMENT que l'on "veuille" commettre des erreurs.

L'erreur est un problème d'ordre systémique : l'analogie, l'homophonie, l'homographie ou simplement un défaut de mémoire sont autant de racines de ces mêmes erreurs... Qui sont - encore heureux ! - réparables !!!! Pour mieux écrire, il faut accepter un regard extérieur sur soi, et être capable de prendre de la distance et de la perspective sur ce que nous écrivons. C'est alors que l'on pourra véritablement assister à une amélioration du niveau morphosyntaxique de l'expression des étudiants. Non en considérant comme la maudite "FAUTE" comme un fardeau indécrottable...

Une chose est certaine : hors de question de baisser les bras et de se résigner à ces soi-disant "néologismes" grammaticaux !!! Il s'agit bien d'erreurs... ET DONC A CORRIGER !!!
Commentaire de Sylvie le 7 mars 2010 à 12:10


A propos de P. Jourde, France Culture vient de lui consacrer une semaine dans le programme A VOIX NUE
Lien: http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/avoix...

Par Catherine Pont-Humbert, réalisation Anne-Pascale Desvignes.

Romancier, essayiste, critique littéraire, enseignant, animateur de blog, Pierre Jourde est né en 1955 à Créteil dans la banlieue de Paris, dans une famille originaire du Cantal. Ses romans sont fortement ancrés dans les paysages d’Auvergne dont la beauté austère le fascine. Son regard et son esthétique se sont forgés là. Entre l’âpreté des pierres noires d’Auvergne, la sauvagerie d’une beauté qui ne cherche pas à séduire et la violence qui explose partout dans ses textes, sans doute peut-on voir un lien. En effet, de Pays perdu à Paradis noirs, sans oublier Festins secrets ou La Cantatrice avariée, pas un des romans de Pierre Jourde n’échappe à la violence et à la cruauté. La violence est une question qui lui est très personnelle et le thème du mal hante ses textes. Amoureux de la littérature, excédé par la fâcheuse habitude qui consiste à parler « autour » des textes et non pas « des » textes, il écrit en 2002, La littérature sans estomac - essai pamphlétaire dont le titre renvoie au texte de Julien Gracq, La littérature à l’estomac paru en 1949 - qui stigmatise un débat littéraire faussé par les amalgames et qui le propulse sur le devant de la scène littéraire. Dans les romans, les essais, les textes critiques de Pierre Jourde, la question du rapport de la littérature au réel revient sans cesse. Parce que le réel est difficile, nous ne cessons de nous raconter des histoires, de nous illusionner. Le roman raconte l’histoire des difficultés de notre rencontre avec le réel. Avec Pierre Jourde, nous sommes bien dans cette littérature porteuse d’histoires qui ont la capacité de modifier l’apparence des choses,


Pour écouter les PODCASTS sur le site
Tous les Podcasts - A voix nue
http://www.touslespodcasts.com/annuaire/culture/philosophie/1571.html

Pierre Jourde (5/5)
épisode audio par podcasting@radiofrance.com du vendredi 26/02/2010.
--------------------------------------------------------------------------------
Pierre Jourde (4/5)
épisode audio par podcasting@radiofrance.com du jeudi 25/02/2010.
--------------------------------------------------------------------------------
Pierre Jourde (3/5)
épisode audio par podcasting@radiofrance.com du mercredi 24/02/2010.
--------------------------------------------------------------------------------
Pierre Jourde (2/5)
épisode audio par podcasting@radiofrance.com du mardi 23/02/2010.
--------------------------------------------------------------------------------
Pierre Jourde (1/5)
épisode audio par podcasting@radiofrance.com du lundi 22/02/2010.

http://www.touslespodcasts.com/annuaire/culture/philosophie/1571-ep...

Badge

Chargement en cours…

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2018   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation